Lu : M. Houssay Holzschuch, Le cap, ville Sud Africaine. Ville blanche, vies noires (1999)

Ce livre tiré du travail de thèse de l’auteure et propose une analyse de l’organisation d’une ville qui a longtemps prôné la séparation des “races” : comment l’espace urbain a-t-il constitué un facteur de catégorisation sociale ? Comment se lisent, dans la ville d’aujourd’hui ces fractures sociales ?
Le Cap était une ville européenne, dont les administrateurs ont organisé l’exclusion des noirs en pleine période de l’Apartheid. Mais malgré ce “vol de territoire”, les recensements de 96 montre que le Cap est une ville métisse, blanche et noire ; c’est une ville qui cherche son identité après les processus de relégation systématiques d’une grande partie de sa population et qui aujourd’hui accueille le parlement sud-africain.

 

Myriam Houssay Holzschuch, 1999, Le cap, ville Sud Africaine. Ville blanche, vies noires, l’Harmattan, 278p.

Source image de couverture : l’Harmattan

Lu : Djemila Zeneidi, Les SDF et la ville (2002)

Djemila Zeneidi propose ici un regard géographique sur la question des sans-domicile fixe et de leurs rapports aux espaces urbains. La ville est d’abord un agglomérat de logements. Dans ce contexte, comment ceux qui n’en ont pas l’habitent-ils ? Marginaux, ils sont pourtant bien des citadins, même si leurs pratiques spatiales dessinent une ville sur l’envers. Djemila Zeneidi propose ainsi de voir les espaces urbains comme des ressources pour les SDF : leur usage de l’espace peut être conforme aux normes sociales qui les régissent et ne révéler que des déambulations pédestres. Mais il arrive parfois qu’un banc devienne lit, qu’un pont devienne abri, et se couplent à un ensemble d’activités qui permettent de “vivre la rue” : pratiques de vente, mendicité, mais aussi moments de convivialités sont autant de pratiques qui floutent les frontières entre espaces publics et espaces domestiques.
La ville est alors dé-rangée et les réactions sont nombreuses, qu’il s’agisse d’actions publiques – visant à les aider à regagner la norme du logement fixe ou à les chasser d’espaces où ils sont considérés comme indésirables – ou individuelles – oscillant entre différents degrés de tolérance, du rejet à l’évitement, en passant par le développement de solidarités.

 

Djemila Zeneidi, 2002, Les SDF et la ville. Géographie du savoir-survivre, Bréal, 288p.

Source image de couverture : Google Books.