Lu : C. Cossée (et al.), Faire figure d’étranger : regards croisés sur la production de l’altérité (2004)

Faire figure d'étranger

« Maghrébin », « Noir », « Tsigane » sont des exemples parmi d’autres de toute une série de catégorisations fondées sur des « origines » et qui s’appuient bien souvent sur l’apparence des individus. Ces « figures d’étranger » font l’objet de représentations stéréotypées, et dans la plupart des cas stigmatisantes. A travers plusieurs études de cas, cet ouvrage propose de déconstruire les processus de fabrication de ces altérités en analysant la façon dont différents acteurs se saisissent de ces catégorisations.  Les auteures présentent ainsi leur objectif : « nous souhaitons qu’après lecture de ce livre collectif, on ne puisse plus regarder de la même façon les personnes désignées par les figures de « l’Etranger », ni écouter avec la même indulgence les discours dont elles font l’objet et qui, même les mieux intentionnés, les enferment dans leur étrangéité » (p.27).

Compte-rendu plus détaillé de Stéphanie Condon et Christelle Hamel ici.

Claire Cossée, Emmanuelle Lada et Isabelle Rigoni, 2004, Faire figure d’étranger : regards croisés sur la production de l’altérité, Armand Colin, 320p.

Source image de couverture : Armand Colin

 

Lu : Didier Eribon, Une morale du minoritaire, 2015

Cet ouvrage de Didier Eribon pose la question suivante : comment la stigmatisation contribue à façonner une “subjectivité minoritaire” marquée par la honte ?

L’auteur se penche le fait de ranger les individus dans des catégories infériorisées, qui a pour conséquence de modifier le rapport au monde des dits individus. Il analyse alors les productivités de cette catégorisation en approchant alors les discours, de l’acte de nomination, et en particulier la question de l’insulte : “Tantes”, “tapettes”, “pédés” découpent des réalités “objectives” dans le monde social et sexuel, et les mots de la stigmatisation instaurent, et réinstaurent sans cesse, la “réalité” de ce qu’ils désignent, au moment où ils semblent simplement l’énoncer ou la dévoiler. Dire à quelqu’un qu’il est une “tante”, un “pédé”, c’est énoncer la “vérité” de ce qu’il “est”. Mais cet individu n’est ce qu’il est que parce que les mots – c’est-à-dire l’histoire collective de l’ordre social et sexuel sédimentée dans le langage et les fantasmes sociaux qu’il exprime – vont inscrire dans sa définition même, et dans son être, toute la “réalité” qu’ils désignent, pour faire de lui un exemplaire, un spécimen d’une espèce particulière, lui attribuant ainsi des traits psychologiques, des pratiques, des sentiments, ou même des caractéristiques physiques, qui ne sont peut-être pas les siens propres, mais qui entrent dans la définition sociale et fantasmatique de cette catégorie de personnes à laquelle il appartient, et donc la sienne. (…) Un “pédé”, pour le regard social dominant, pour la société hétérosexiste et homophobe, ce n’est rien d’autre qu’un “pédé”, en même temps qu’un “pédé”, c’est tous les “pédés” à la fois et toute l’homosexualité. De la même manière que, pour la Reine Blanche dans Les Nègres (de Jean Genet), un Noir, c’est toute l’Afrique. (…) Ainsi l’injure, comme le regard raciste en général, inscrit une essence dans le corps de l’individu désigné, puisqu’elle grave en lui tout ce que le mot semble contenir, représenter. L’injure est essentialiste, car le monde social l’est. (…) C’est pourquoi également toute personne qui appartient à une catégorie infériorisée peut être tenue pour comptable ou responsable de tout ce que fait une autre personne appartenant à la même catégorie.”

Didier Eribon, 2001, Une morale du minoritaire. Variation sur un thème de Jean Genet, Fayard, 360p.

Source image de couverture : Fayard