Dorothy Harley Eber, Encounters on the Passage (2008)

Une histoire des découvertes européennes du Nord par “les découverts”. Les plus grandes expéditions polaires occidentales y sont abordées, de l’arrivée de Martin Forbisher en 1576 dans ce qui est devenu “Forbisher Bay” à “l’ouverture” du passage du Nord-Ouest par Amunsden en 1903. Ce livre pose la question de comment fait-on de l’histoire en l’absence de sources écrites, lorsque le savoir écrit traduit un rapport de pouvoir : les minorités sont également celles qui ne sont pas dites, dont les voix ne sont pas entendues. Mais les peuples sans écriture ne sont pas sans histoire.
Dorothy Harley Eber a procédé par des interviews menées auprès d’Inuit du Nord -Canada entre 1994 et 2008 pour écrire ce livre. Peu importe les défauts de la mémoire, les textes écrits peuvent aussi mentir. L’essentiel est de comprendre ce qui est transmis d’une génération à l’autre. Une fois les récits mis en parallèle des récits des explorateurs, une approche par l’oralité montre “correlations and contrasts, and, always, new perspectives” : comment les Inuit ont-il perçu ces étrangers ? Quelles sont les traces, matérielles ou non, de ces bouleversements laissées dans les mémoires inuinait, à l’image de Kablunaaqhiuvik – “le lieu pour rencontrer des hommes blancs” ?

 

Dorothy Harley Eber, 2008, Encounters on the Passage. Inuit Meet the Explorers, University of Toronto Press, 196p.

Source de l’image de couverture : U. of Toronto Library