Lu : E. Dorlin, Se défendre. Une philosophie de la violence, 2017.

“Aujourd’hui, certaines vies comptent si peu que l’on peut tirer dans le dos d’un adolescent noir au prétexte qu’il était « menaçant ».” indique la quatrième de couverture. Ici Elsa Dorlin montre que certains corps sont davantage “dignes d’être défendus” que d’autres. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’ils sont des corps et des êtres sans défenses. Résistances esclaves, ju-jitsu des suffragistes anglaises, insurrection du ghetto de Varsovie, Black Panthers ou encore patrouilles queer : les corps des subalternes se font archive et mémoire des rapports de pouvoir qui traversent l’histoire. L’auteure propose ici d’“arpenter l’histoire constellaire de l’autodéfense” (p.16)  des subalternes contre des formes de domination multiples.

 

Elsa Dorlin, 2017, Se défendre. Une philosophie de la violence, La découverte, 200p.

Source image de couverture : La découverte

Lu : P. Ndiaye, La condition noire, essai sur une minorité française (2008).

Pendant longtemps, la condition noire a été abordée sous l’angle des problèmes sociaux et culturels de cette communauté, et leurs valeurs, jugées incompatibles avec les valeurs républicaines – autant de limites à l’assimilation et à l’intégration dans une “francité” à la définition floue et instable.
L’intérêt majeur de ce livre est d’éclairer un paradoxe français : en tant que groupe social, les noirs ne sont pas censés exister puisqu’il n’existe pas de recensement ethnique. Pour Pap Ndiaye, “la République française ne reconnaît pas officiellement les minorités, et ne les compte pas non plus” (p.17) Mais dans le même temps, il s’agit d’un groupe social “ayant en partage, nolens volens, l’expérience sociale d’être généralement considérées comme noires” (p.24). Pour l’auteur, il vaut ainsi mieux parler de “logique minoritaire” que de “logique communautaire” pour penser ces groupes.
Plus d’infos ici, sur l’excellent compte-rendu de D. Thomas.

Pap Ndiaye, 2008, La condition noire, essai sur une minorité française, Gallimard, 528p.

Source image de couverture : Gallimard

Dorothy Harley Eber, Encounters on the Passage (2008)

Une histoire des découvertes européennes du Nord par “les découverts”. Les plus grandes expéditions polaires occidentales y sont abordées, de l’arrivée de Martin Forbisher en 1576 dans ce qui est devenu “Forbisher Bay” à “l’ouverture” du passage du Nord-Ouest par Amunsden en 1903. Ce livre pose la question de comment fait-on de l’histoire en l’absence de sources écrites, lorsque le savoir écrit traduit un rapport de pouvoir : les minorités sont également celles qui ne sont pas dites, dont les voix ne sont pas entendues. Mais les peuples sans écriture ne sont pas sans histoire.
Dorothy Harley Eber a procédé par des interviews menées auprès d’Inuit du Nord -Canada entre 1994 et 2008 pour écrire ce livre. Peu importe les défauts de la mémoire, les textes écrits peuvent aussi mentir. L’essentiel est de comprendre ce qui est transmis d’une génération à l’autre. Une fois les récits mis en parallèle des récits des explorateurs, une approche par l’oralité montre “correlations and contrasts, and, always, new perspectives” : comment les Inuit ont-il perçu ces étrangers ? Quelles sont les traces, matérielles ou non, de ces bouleversements laissées dans les mémoires inuinait, à l’image de Kablunaaqhiuvik – “le lieu pour rencontrer des hommes blancs” ?

 

Dorothy Harley Eber, 2008, Encounters on the Passage. Inuit Meet the Explorers, University of Toronto Press, 196p.

Source de l’image de couverture : U. of Toronto Library

Lu : Didier Eribon, Une morale du minoritaire, 2015

Cet ouvrage de Didier Eribon pose la question suivante : comment la stigmatisation contribue à façonner une “subjectivité minoritaire” marquée par la honte ?

L’auteur se penche le fait de ranger les individus dans des catégories infériorisées, qui a pour conséquence de modifier le rapport au monde des dits individus. Il analyse alors les productivités de cette catégorisation en approchant alors les discours, de l’acte de nomination, et en particulier la question de l’insulte : “Tantes”, “tapettes”, “pédés” découpent des réalités “objectives” dans le monde social et sexuel, et les mots de la stigmatisation instaurent, et réinstaurent sans cesse, la “réalité” de ce qu’ils désignent, au moment où ils semblent simplement l’énoncer ou la dévoiler. Dire à quelqu’un qu’il est une “tante”, un “pédé”, c’est énoncer la “vérité” de ce qu’il “est”. Mais cet individu n’est ce qu’il est que parce que les mots – c’est-à-dire l’histoire collective de l’ordre social et sexuel sédimentée dans le langage et les fantasmes sociaux qu’il exprime – vont inscrire dans sa définition même, et dans son être, toute la “réalité” qu’ils désignent, pour faire de lui un exemplaire, un spécimen d’une espèce particulière, lui attribuant ainsi des traits psychologiques, des pratiques, des sentiments, ou même des caractéristiques physiques, qui ne sont peut-être pas les siens propres, mais qui entrent dans la définition sociale et fantasmatique de cette catégorie de personnes à laquelle il appartient, et donc la sienne. (…) Un “pédé”, pour le regard social dominant, pour la société hétérosexiste et homophobe, ce n’est rien d’autre qu’un “pédé”, en même temps qu’un “pédé”, c’est tous les “pédés” à la fois et toute l’homosexualité. De la même manière que, pour la Reine Blanche dans Les Nègres (de Jean Genet), un Noir, c’est toute l’Afrique. (…) Ainsi l’injure, comme le regard raciste en général, inscrit une essence dans le corps de l’individu désigné, puisqu’elle grave en lui tout ce que le mot semble contenir, représenter. L’injure est essentialiste, car le monde social l’est. (…) C’est pourquoi également toute personne qui appartient à une catégorie infériorisée peut être tenue pour comptable ou responsable de tout ce que fait une autre personne appartenant à la même catégorie.”

Didier Eribon, 2001, Une morale du minoritaire. Variation sur un thème de Jean Genet, Fayard, 360p.

Source image de couverture : Fayard

Journée d’étude : Penser les altérités

Capture d_écran 2017-10-12 à 17.52.34

 

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le descriptif de l’évènement et le programme détaillé ici : Penser les altérités_descriptif

Vous pouvez vous y inscrire ici

En espérant vous y retrouver nombreux.ses !