JE#4 – AAC Croiser les dominations : des aspérités du terrain aux défis de l’interprétation

Pour notre quatrième journée d’étude qui aura lieu le 18 octobre 2019 à l’ENS de Lyon, nous lançons un appel à communications. N’hésitez pas à nous envoyer vos propositions !

Télécharger l’appel en format PDF : AAC – Croiser les dominations – Des aspérités du terrain aux défis de l’interprétation

De Karl Marx à Pierre Bourdieu, en passant par Max Weber, l’analyse des rapports de domination est devenue un thème incontournable des sciences sociales. Si, classiquement, elle est définie par Weber comme « la chance pour des ordres spécifiques (ou pour tous les autres), de trouver obéissance de la part d’un groupe déterminé d’individus » [Weber, 1995 (1921), p. 95], les usages scientifiques de ce terme excèdent aujourd’hui cette acception. Il est plutôt devenu la pierre angulaire de différents paradigmes visant à rendre compte de rapports sociaux inégalitaires. Ces rapports de pouvoir sont saisis à travers des schèmes explicatifs sans cesse complexifiés. Ainsi, une grande partie des travaux contemporains mobilisent le triptyque « classe, genre, race » pour analyser les conditions de dominant·e·s et de dominé·e·s, afin d’affiner la caractérisation des rapports de force qui traversent le monde social. Le champ d’étude des dominations est vaste et divers ; il peut renvoyer à des méthodologies et échelles d’observation allant de la (re)production des rapports de pouvoir [Marx 2008 (1867) ; Weber 1995 (1921) ; Bourdieu, 1979], à leurs articulations [Crenshaw, 1989 ; Guillaumin, 1992 ; Balibar et Wallerstein, 1997 ; Pfefferkorn, 2007 ; Dorlin, 2009 ; Kergoat, 2012] et enfin, à celle de relations de pouvoir, de l’expérience subjective de la domination et des stratégies que les individus dominés déploient pour y échapper (résistances, émancipations, agency, etc.) [Butler, 1997 ; Poiret, 2005 ; Scott, 2009 ; Kergoat, 2012 ; Oeser, 2015]. Si l’étude des dominations irrigue l’ensemble des sciences sociales, ce sont précisément les rapports de domination imbriqués, tels qu’ils se manifestent au cours de l’enquête qualitative, qui retiendront notre attention lors de cette journée d’étude.

Si ce thème fait actuellement couler beaucoup d’encre d’un point de vue épistémologique et politique – l’on pense à la controverse scientifique sur la notion d’intersectionnalité1 et à l’inflation du nombre d’articles et de journées d’études consacrés à la notion –, c’est du côté des difficultés et choix méthodologiques que nous plaçons le questionnement. En effet, sur leurs terrains, les chercheur·e·s en sciences sociales sont fréquemment confronté·e·s à des acteur·rice·s soumis·e·s à des dominations conjuguées et entremêlées. Cependant, au moment de les caractériser, d’évaluer les processus qui les informent, et de leur affecter un « poids » relatif, de potentielles apories émergent.

Axe 1 – Des difficultés méthodologiques…

Il convient d’abord de s’interroger sur la pertinence d’une imputation déductive de la place occupée par l’individu dans un rapport de domination, imputation qui serait fondée sur des caractéristiques socio-démographiques générales. En effet, nos présupposés sociologiques influencent notre regard sur le terrain : notre prisme d’observation peut reposer sur divers postulats à propos du positionnement des un·e·s comme dominé·e·s et des autres comme dominant·e·s. Si cette imputation est légitime du point de vue des données agrégées que les sciences sociales ont produit sur ces groupes, elle risque de conduire à une lecture simpliste des situations, voire à une occultation des variables en jeu. Car la grande difficulté réside dans l’acte même de repérage des dominations à l’œuvre. Plus précisément : sur quels critères, sur quels indices empiriques se fonde-t-on pour décréter qu’un individu est dominé ? S’il s’agit d’un postulat à associer a priori à certains groupes (les classes populaires, les personnes racisées, les femmes, les minorités sexuelles et de genre, les personnes en situation de handicap, etc.), ne s’expose-t-on pas au risque de confiner les individus dans des catégories et les réduire ainsi à des « individu[s] métonymique[s] » [Dorlin, 2009, p. 9], reconduisant ainsi des formes d’altérisation, stigmatisation et domination ? D’ailleurs, un individu a priori dominé l’est-il toujours et en tous lieux ? Comment s’assurer de prêter suffisamment attention aux éléments des différents contextes dans lesquels évoluent les individus ? À l’inverse, si l’on adopte une posture d’inductivisme naïf, ne peut-on parler de domination que lorsque l’on observe, en contexte ethnographique, des dynamiques de pouvoir très explicites dans l’interaction, comme l’obéissance directe à un ordre ? Concrètement, il est possible de se fonder sur divers indices, tels que l’occupation de l’espace de parole (dynamique des interactions – silences, précautions autour d’un stigmate par exemple), la réaction sociale différenciée à la transgression, des manifestations de violence physique et verbale, l’interdiction récurrente à des ressources et des privilèges, ou encore la relégation spatiale. Dès lors, comment éviter l’interprétation subjectiviste, voire la surinterprétation d’un détail de l’interaction ? Comment opérer l’aller-retour entre ces grandes catégories de la domination et les petits détails surgissant au cours de l’observation, sans en faire de simples « effets de réel » [Barthes, 1968] illustratifs de ces dominations posées a priori ?

Il s’agit donc d’interroger un cela-va-de-soi souvent de mise dans les opérations d’imputation auxquelles nous procédons en tant que chercheur·e·s en sciences sociales. Cependant, et c’est là le cœur de notre questionnement, nous nous demanderons en outre comment interpréter et problématiser la discordance entre le statut supposé « dominé » et une attitude apparemment « dominante » dans l’interaction. Comment résoudre, dans la nuance, ces apparentes contradictions – ou du moins, comment les intégrer dans l’explication scientifique ? On pourra notamment s’appuyer sur Danièle Kergoat qui distingue le « rapport social » (conflit qui construit deux groupes sociaux à l’échelle macrosociologique) et la « relation sociale » (interaction entre individus, certes construits par ces rapports sociaux, mais qui, à l’échelle microsociologique, ne reproduit pas nécessairement les rapports sociaux inégalitaires) [Kergoat, 2012].

Par ailleurs comment renseigner empiriquement les modalités d’articulation entre les différentes variables ? Sur quels critères s’appuyer pour rapporter telle action à telle variable, et est-il seulement possible de les distinguer empiriquement ? Ce qui s’est révélé très fructueux dans la construction analytique première et/ou la formulation d’hypothèses peut laisser le ou la chercheur·e dans un certain désarroi lorsqu’il ou elle fait son terrain. Aussi les difficultés rencontrées sur le terrain, tout comme les recompositions des formulations et des analyses à l’épreuve de l’empirie, nous intéressent-elles particulièrement.

En outre, les enquêté·e·s adoptent des lectures et des stratégies différenciées vis-à-vis de leur position dans l’espace social, et leur perception de leur place dans le monde diverge parfois des conclusions qu’en tirent les chercheur·e·s. Que faire, donc, de la parole des dominé·e·s dans l’appréhension des dominations ? S’intéresser aux processus de dominations supposerait-il une certaine méthodologie, éminemment qualitative, attentive à la « parole minoritaire » [Poiret, 2005] autant qu’à des situations d’interactions ? Dans quelle mesure peut-on valider une interprétation d’une situation de domination qui serait à l’exact opposé de l’expérience subjective des enquêté·e·s ? Il est possible de traiter ces divergences en termes de rationalisation, d’illusion ou de pragmatisme de la part des intéressé·e·s, mais la question reste entière de savoir comment on l’intègre dans l’explication. Plutôt que de conclure à un « déni de domination » de la part des individus, dans quelle mesure peut-on prolonger l’analyse en appréhendant les conditions de possibilité d’une telle représentation de la domination, en amont de la situation observée ? La réinscription dans une trajectoire biographique permet-elle de donner des éléments de compréhension, lorsque la situation d’arrivée constitue une promotion objective et subjective par rapport à l’ancienne [Avril, 2014] par exemple ? En somme, les interventions pourront interroger la dialectique entre analytique et phénoménologie de la domination [Dorlin, 2009].

Axe 2 – … aux constructions analytiques et appareillages théoriques

L’analyse de l’articulation des rapports de domination ne peut faire l’économie d’une réflexion sur le cadre conceptuel permettant de la penser. Si le concept d’intersectionnalité apparaît aujourd’hui comme un outil majeur pour penser ces articulations, il fait l’objet de vives discussions. Celles-ci peuvent concerner la portée et l’intérêt théorique du concept, conduisant parfois à lui dénier le statut de « grande théorie » (auquel il n’a pourtant jamais prétendu [Crenshaw, 2016]), ou au contraire ses prétendus mésusages. De plus, certains usages en seraient venus à galvauder ce terme, diluant une acception originelle qui recouvrait les imbrications des rapports de pouvoir ; il s’avérerait ainsi faussement fédérateur [Galerand et Kergoat 2014, à partir de Collins 2012]. Il nous paraît dès lors important de dénouer les significations attribuées au concept, ainsi que les emplois qui en sont faits, pour comprendre au mieux les situations qu’il permet de saisir. Par ailleurs, il serait intéressant de revenir sur les motifs d’une préférence pour d’autres concepts propres à appréhender les rapports de pouvoir. En effet, d’autres notions peuvent être employées, entre autres : interconnectivité des oppressions de sexe, de race et de classe [Hooks, 1984], consubstantialité et co-extensivité [Kergoat, 2012], imbrication, articulation, coproduction [Fassa, Lépinard, Escoda, 2016], co-formation [Bacchetta, 2015] ou encore circulation [Guénif-Souilamas, 2000]. Il s’agirait ici de discuter ces notions pour en dégager les apports heuristiques spécifiques, sans pour autant les mettre en concurrence. En ce sens, ce sont plutôt les (re)positionnements théoriques au regard des objets et situations analysés qui sont attendus.

L’un de ces repositionnements peut relever du choix même des variables à articuler ; en effet, celles-ci peuvent excéder le triptyque « classe, genre, race ». Ainsi, non seulement les rapports sociaux qui produisent ces trois catégories varient en fonction des contextes [Yuval-Davis, 2015]2, et l’analogie entre ceux-ci est à manier avec prudence, mais on peut envisager d’ériger d’autres variables comme décisives dans l’explication scientifique : âge, lieu de résidence, handicap physique, mental ou psychique, sexualité, morphologie, etc. Helma Lutz et Norbert Wenning [2001] ont distingué jusqu’à treize catégories auxquelles prêter attention en fonction des contextes. Il s’agit donc d’interroger des questions-clés, dans un aller-retour entre terrain et théorie : lorsqu’on fait la sociographie d’un groupe au carrefour de ces catégories, les rapports sociaux les plus structurants s’exercent-ils sur les individus de manière analogique ou additionnelle ? Au contraire, leurs effets s’annulent-ils entre eux, se contredisent-ils, sont-ils hiérarchisés – et comment le renseigner empiriquement ? Par ailleurs, comment rendre compte très concrètement des recompositions de ces appartenances multiples au fil d’une trajectoire individuelle ou d’une génération à l’autre ? Enfin, puisque la domination est un phénomène complexe et multiforme, on pourra par exemple se demander si le fait d’investir une domination au détriment d’une autre ne peut pas être une forme de résistance, de stratégie ou d’adaptation de la part des individus dominés. Ces derniers ne tendent-ils pas à compenser les dominations qu’ils subissent en devenant eux-mêmes dominants dans d’autres champs ?

Axe 3 : Penser les dominant·e·s, spécifier l’universel

Si l’étude multifocale des rapports de pouvoir est au centre de nombreux écrits des sciences sociales, une rapide revue de la littérature permet de voir que les textes centrés sur des « sujets “hyper-opprimés” » [Carastathis, 2008] sont prédominants (et que des individus « majorisés » ne sont, la plupart du temps, pas étudiés en tant que tels). Le classique triptyque « classe – genre – race » tend à se confondre avec « pauvre – femme – personne non-blanche ». Au bout du compte, on aurait donc formé un sujet intersectionnel, alors même que la notion d’intersectionnalité visait à une dés-essentialisation et un affinement des outils critiques des dynamiques plurielles de domination. Ce faisant, on « reprodui[rai]t l’impensé » [Dorlin, 2009] : les catégories « homme », « blanc » et « élite » sont comparativement délaissées en sciences humaines et sociales, et restent hors du champ de pensée des scientifiques comme des enquêté·e·s. À quelques exceptions près, la « transparence sociale » [Dorlin, 2009] dont jouissent certains groupes se perpétuerait donc malgré l’apport de ce nouveau cadre méthodologique.

En France, les travaux sur les dominants sont rares mais ont marqué les esprits, qu’il s’agisse de ceux de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, spécialistes de la grande bourgeoisie et de l’oligarchie française – qui se qualifient eux-mêmes de « moines bénédictins3 » pour pointer leur situation marginale dans le champ des études sociologiques des dominations –, ou de Pierre Lascoumes étudiant la délinquance en col blanc contemporaine [Lascoumes, 2014]. Cependant, ces populations sont souvent saisies à travers le prisme unique de la classe (incluant la profession, le patrimoine, les capitaux économiques et culturels afférents). D’autres travaux ont quant eux interrogé la masculinité [Gourarier, 2017 ; Connell, 2012 (1995)], l’hétérosexualité [Wittig, 2007], la « blanchité » ou la « condition blanche » [Cervulle, 2013 ; Laurent et Leclère, 2013]4, développant une analyse en termes de privilèges ou avantages. Le décentrement du « pôle dominé » permet ainsi d’élargir le champ d’étude de la domination, au-delà d’une mise en évidence des discriminations.

Par ailleurs, on pourrait s’interroger sur les formes que prendraient des dominations multiples du côté des dominant·e·s : comment en objectiver les manifestations ? Une sociologue américaine a par exemple récemment analysé des socialisations d’enfants de 10 à 13 ans appartenant à des familles américaines blanches aisées du Midwest pour comprendre ce qui mène ou non à la prise de conscience de leur double privilège de race et de classe [Hagerman, 2018]. Selon elle, l’expression du privilège se caractérisait par le déni de celui-ci (le racisme n’existerait plus depuis l’abolition de la ségrégation), et serait marqué par un implicite présent dans le choix des écoles (mixtes ou non-mixtes racialement et socialement), des loisirs et des camarades invité·e·s aux anniversaires. Là où l’implicite règne en maître dans les discours, l’analyse ethnographique ne constitue-t-elle pas l’outil privilégié pour identifier « par le haut » les mécanismes de domination ? Plus généralement, on pourra interroger la figure des « superdominant·e·s » : jouent-ils et elles dans différents contextes sur différentes variables de dominations, ou bien est-ce le cumul de variables qui donne lieu à des dominations spécifiques et / ou plus fortes dans la mesure où elles se renforcent entre elles ?

*****

Pour conclure, nous partons du principe que, si les possibles discordances entre les postulats du ou de la chercheur·e et les réalités du terrain interpellent au premier abord, elles ne doivent pas être occultées parce qu’incompatibles avec les grilles d’analyse préexistantes. Au contraire, elles questionnent tout aussi bien l’évolution des structures sociales que la complexité des parcours individuels. Les contributions proposées devront ainsi décrire des situations rencontrées sur le terrain (lors d’observations ou d’entretiens), puis exposer les interrogations qu’elles ont suscitées et les éventuels bricolages réalisés pour y faire face. Elles permettront d’évaluer, à l’appui d’anecdotes empiriques, dans quelle mesure les sciences sociales peuvent expliciter les tensions au cœur des processus de domination croisés.

1. Pour un aperçu du débat et de ses enjeux, voir le dossier « Intersectionnalité », coordonné par Abdellali Hajjat et Silyane Larcher dans la revue Mouvement [2019].

2. Nira Yuval-Davis rappelle ainsi avec son concept d’ « intersectionnalité située » l’importance majeure de la prise en compte des contextes géographiques, sociaux et temporels dans l’étude des rapports sociaux, pointant la manière dont des catégories particulières de division sociale ont des significations et des conséquences différentes selon les espaces (translocality), les échelles (transcalarity) et les périodes (transtemporality) considérés.

3. Monique Pinçon-Charlot, « Le Facteur temps », émission animée par Fabrice Drouelle, vendredi 29 mars 2019, deuxième épisode, 54 minutes (https://www.franceinter.fr/emissions/affaires-sensibles/affaires-sensibles-29-mars-2019)

4. On peut aussi mentionner la journée d’études « La condition blanche. Réflexion sur une majorité française », qui s’est tenue le 29 juin 2018 à l’EHESS.

Modalités de soumission

Les propositions, pour des communications de 20 minutes, devront comporter un titre, un résumé qui mentionnera explicitement le matériel empirique mobilisé (3000 caractères maximum) ainsi qu’une rapide présentation de l’auteur·e, le tout ne devant pas dépasser une page. Elles sont à envoyer jusqu’au 31 juillet inclus à h.galiby@gmail.com, marlene.bouvet@ens-lyon.fr, theoxane.camara@ens-lyon.fr et florent.chossiere@u-pem.fr. Le retour sur les propositions sera notifié dans la dernière semaine d’août. Les propositions de toutes les disciplines des sciences sociales sont les bienvenues.

Comité d’organisation

Marlène Bouvet, doctorante en sociologie, ENS de Lyon, Centre Max Weber

Théoxane Camara, doctorante en sociologie, Université de Poitiers, Gresco

Florent Chossière, doctorant en géographie, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs

Laurie-Anne Galiby, diplômée du Master Inégalités et Discriminations en sociologie, Université Lyon 2 et IETL

Bibliographie

AVRIL Christelle, Les Aides à domicile. Un autre monde populaire, Paris, La Dispute, 2014.

BACCHETTA Paola, « Décoloniser le féminisme : intersectionnalité, assemblages, co-formations, co-productions », Les cahiers du CEDREF, n° 20, 2015.

BALIBAR Étienne et WALLERSTEIN Immanuel, Race, nation, classe. Les identités ambiguës, La Découverte, 1997 (1988).

BARTHES Roland, « L’effet de réel », Communications, n°11, « Recherches sémiologiques. Le vraisemblable », p. 84-89, 1968.

BOURDIEU Pierre, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

BUTLER Judith, The Psychic Life of Power: Theories in Subjection, Stanford, Stanford University Press, 1997.

CARASTATHIS Anna, « The invisibility of privilege. A critique of intersectional models of identity » , Les Ateliers de l’éthique/The Ethics Forum, n°2, p. 23 – 36, 2008.

CERVULLE Maxime, Dans le blanc des yeux : diversité, racisme et médias, Paris, Éditions Amsterdam, 2013.

COLLINS Patricia Hill, Lost in translation. Black Feminism, intersectionnalité et justice, conférence présentée au 6ème Congrès international des recherches féministes francophones, Université de Lausanne, 28 août 2012.

CONNELL R. W., Masculinities: Knowledge, Power and Social Change, Berkeley, University of California Press, 2012 (1995).

CRENSHAW Kimberlé, « Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics and Violence against Women of Colour », in FINEMAN Martha et MYKITIUK Rixanne (dir.), The Public Nature of Private Violence, p. 93 – 118, 1994.

CRENSHAW Kimberlé, « Les “voyages de l’intersectionnalité” », trad. Aurélie Cailleaud, in ESCODA Marta Roca, FASSA Farinaz et LÉPINARD Éléonore (dir.), L’intersectionnalité : enjeux théoriques et politiques, Paris, La Dispute, p. 29-51, 2016.

DORLIN Elsa (dir.), Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, PUF, 2009.

ESCODA Marta Roca, FASSA Farinaz et LÉPINARD Éléonore (dir.), L’intersectionnalité : enjeux théoriques et politiques, Paris, La Dispute, 2016.

GALERAND Elsa et KERGOAT Danièle, « Consubstantialité vs intersectionnalité ? À propos de l’imbrication des rapports sociaux », Nouvelles pratiques sociales, vol. 26, no 2, p. 44‑61, 2014.

GOURARIER Mélanie, Alpha mâle. Séduire les femmes pour s’apprécier entre hommes, Paris, Seuil, 2017.

GUÉNIF-SOUILAMAS Nacira, Des « beurettes » aux descendantes d’immigrants nord-africains, Paris, Grasset, 2000.

GUILLAUMIN Colette, Sexe, Race et Pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté Femmes, 1992.

GUILLAUMIN Colette, « Pratique du pouvoir et idée de Nature », Questions Féministes, n° 2 et 3, p. 5-30, 1978.

HAGERMAN Margaret, White Kids: Growing Up with Privilege in Racially Divided America, New York, New York University Press, 2018.

HAJJAT Abdellali et LARCHER Silyane (coord.), « Intersectionnalité », Mouvements, 2019.

HOOKS Bell, De la marge au centre : théorie féministe, trad. Noomi B. Grüsig, Cambourakis, 2017 (1984).

KERGOAT Danièle, Se battre, disent-elles, Paris, La Dispute, 2012.

LAURENT Sylvie et LECLÈRE Thierry (dir.), De quelle couleur sont les Blancs ? Des « petits Blancs » des colonies au « racisme anti-Blancs », Paris, La Découverte, 2013.

LUTZ Helma et WENNING Norbert, « Differenzen über Differenz – Einführung in die Debatten », in Helma LUTZ et Norbert WENNING (dir.), Unterschiedlich verschieden. Differenz in der Erziehungswissenschaft, Opladen, Leske und Budrich, p.11-24, 2001., 2001.

MARX Karl, Le Capital, Gallimard, 2008 (1867).

OESER Alexandra, « Penser les rapports de domination avec Alf Lüdtke », Sociétés contemporaines, n°99-100, 2015.

PFEFFERKORN Roland, Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, Paris, La Dispute, 2007.

POIRET Christian, « Articuler les rapports de sexe, de classe et interethniques : quelques enseignements du débat nord-américain », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 21, n° 1, p. 195-226, 2005.

SCOTT James C., La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Éditions Amsterdam, 2009.

WEBER Max, Économie et société, Paris, Agora, 1995 (1921).

WITTIG Monique, La Pensée Straight, Paris, Éditions Amsterdam, 2007.

YUVAL-DAVIS Nira, « Situated Intersectionality and Social Inequality », Raisons politiques, n°58, p. 91‑100, 2015.

Ateliers méthodologiques #3 : vous avez bien dit sociolinguistique ?

 

Pour cette troisième rencontre méthodologique, Altérités Marginalités Catégorisations vous invite à découvrir la sociolinguistique, cette discipline méconnue à l’intersection des Sciences du langage et des Sciences sociales !

La journée aura lieu le vendredi 8 février 2019, de 14h à 17h, en salle D2-104 à l’ENS de Lyon.

Il y sera question de l’épistémologie de la discipline, de ses courants historiques, de ses enjeux actuels. On verra ensuite quelles méthodologies elle met en oeuvre, et notamment celle de la biographie socio-langagière. Quelques exemples d’applications seront proposés à partir de mémoires d’étudiant.e.s de l’ENS de Lyon (Clara Aichoune-Nicolle, Charlotte Blanco, Mareike Boldt, Julie Moreau, Mahieu Ramanitra)  et enfin, de ses apports possibles (épistémologiques, méthodologiques et éthiques) aux disciplines dont sont issus les participant.e.s de l’atelier.

 

Rencontres méthodologiques #1 : “A la découverte de la cartographie sensible” le compte rendu de la journée

Pour le premier événement des « Ateliers Méthodes », le laboratoire junior Altérités a invité Elise Olmedo (post-doctorante, Aix-Marseille Université, Mucem, UMR 8562 – Centre Norbert Elias). Sa thèse soutenue en 2015, Cartographie sensible. Tracer une géographie du vécu par la recherche-création, a pris sa source dans une collaboration avec l’artiste plasticien et performeur Mathias Poisson. Une partie des protocoles de recherche-création ont ainsi été élaborés avec lui, à l’occasion de l’école thématique Mob’Huma’Nip (FIELDEL B., OLMEDO E. et al., 2016).

Elise Olmedo nous fait part de sa recherche au fil d’un atelier pratique. Sa venue est l’occasion pour le laboratoire junior d’explorer une alternative à la cartographie classique, afin de questionner les enjeux de la représentation et les spatialités plurielles. En effet, qu’est-ce que rendre communicable, partageable une expérience sinon la recherche d’une grammaire qui ne projette pas l’autre comme le miroir de soi-même ? L’élaboration des cartes sensibles invite à critiquer la teneur normative et prescriptive de l’outil cartographique. La cartographie sensible fait l’hypothèse qu’un dépassement des catégorisations de l’autre passe par une ouverture de nos pratiques de recherche,  dans l’objectif de décaler nos expériences – nécessairement situées dans un contexte social et spatial réduit. Ce sont donc les rapports émotionnels, sensoriels et représentationnels à l’espace qui sont enquêtés ; avec un rendu qui n’est pas de l’ordre du récit oral ou écrit mais qui prend plutôt la trace géographique comme support de médiation. Ainsi cette journée d’étude qui passe par le faire et le prendre part a souhaité collecter des expériences subjectives et sensibles, pour tenter de les objectiver dans une expérience scientifiquement partageable. Voici le récit chronologique et décalé d’une journée qui prend l’émotion et le corps des participant.es comme des dialogues avec les espaces autres, avec l’espace autrement.

Re-présenter ou se présenter : immersion dans une cartographie spontanée

            Le mercredi 31 janvier 2018, après quelques mois de préparation, les Ateliers Méthodes du laboratoire junior Altérités, Marginalités, Catégorisations accueillent Elise Olmedo pour une journée de workshop autour des cartes sensibles hors des murs de l’ENS. Les dix-huit participants (fig.1) à l’atelier viennent d’horizon divers. Il s’agit d’étudiant.e.s et de doctorant.e.s de l’ENS de Lyon ou de l’Université qui ont montrés leur intérêt pour une méthode du faire-ensemble, mais également de personnes issues du monde l’art, du développement urbain ou encore d’autres sphères professionnelles ou associatives. Les participants viennent de Clermont-Ferrand, de Chambéry, ou encore de Lyon ou Grenoble.

Figure 1 : Les participant.e.s à l’atelier  (Crédits : L. Landrin, janvier 2018)

 Après un mois de janvier aux couleurs grises à Lyon, ce mercredi de grand ciel bleu est propice aux sorties. A peine Elise arrivée, nous nous munissons d’un stylo noir et nous sortons sur le parvis de l’ENS pour un échauffement (fig. 2). Comme le notera une participante, c’est un visage inattendu de la géographie qui se dévoile, intégrant la performance dans l’espace public et le corps en mouvement.

Fig.2 : Elise Olmedo (à gauche) présente les consignes (crédits : L. Landrin, janvier 2018)

La première expérimentation commence par la formation de binômes : l’un ferme les yeux et se laisse guider pour un parcours de deux minutes. Après quelques minutes, les rôles sont inversés au sein de chaque binôme. Après avoir ouvert ses sens au toucher, aux sons, aux odeurs, aux présences ressenties, chacun.e met en carte sa courte expérience avec une consigne volontairement large. Il s’agit de faire figurer sur une feuille blanche, un point de départ et un point d’arrivée reliés par un tracé libre : l’expression commune cartographique est donc limitée. La contrainte pouvant susciter l’imagination, elle permet à la fois d’avoir une comparaison sur la perception d’un « trajet »,  tout en laissant s’expirmer un réel singulier.

 Les rendus graphiques sont variés, chacun médiatise un rapport à l’expérience sensorielle vécue. Et pour cause : ici ce n’est pas l’exactitude topographique de la carte qui compte, ni même sa compréhension spontanée à la lecture (exigences de la carte classique). C’est moins pour ce qu’elle représente que la carte sensible nous intéresse (la mise en code d’une matérialité ou d’une signification à des fins d’efficacité), que pour ce qu’elle présente. Le sens de cette production tient au fait que la carte sensible objective des dimensions qui n’existaient pas avant sa mise en image. L’enjeu n’est donc pas de re-présenter un réel supposément toujours déjà là, mais de le faire advenir par l’exercice même de l’expression graphique. Si la consigne était volontairement très ouverte à la création, on remarque que très peu de participant.e.s ont fait appel à une légende, à un Nord ou à un titre (tout ce qui compose en somme les attentes de la sémiologie graphique et scientifique de la carte).

Figures 3 et 4 : Des cartes réalisées par des paritcipant.e.s (crédits : L. Landrin, janvier 2018)

Ici par exemple, une carte présente l’état ressenti des sens en éveil lors du parcours les yeux fermés (fig.3) . S’il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises cartes, pas plus qu’il n’y a de productions plus juste qu’une autre, c’est qu’elles sont toutes le support d’un vécu spatial et sensoriel dans un réel qui s’avère pluriel (fig. 4). Mais la question mérite d’être posée : comment rendre compte de ce vécu aux autres ? Comment cartographier une sensation, un bruit, une infime variation de lumière ou de température, la peur de tomber ? Comment somme toute, la rendre partageable et lisible ?

Apprivoiser une démarche extra-ordinaire

Fig. 5 : Chacun travaille à son rendu cartographique (crédits : L. Landrin, janvier 2018)

Les présent.e.s se prêtent tous et toutes au processus. L’un des principes des ateliers proposés par Elise Olmedo est d’éviter tout préjugé négatif envers soi-même, arrêter de se dire « je ne sais pas dessiner ». Ci-dessus, chacun.e travaille à son rendu quelque soit son capital géographique ou artistique (fig. 5). En repoussant ces préjugés quant à soi et en s’autorisant une expression libérée du jugement, les participants sont parfois surpris : ce n’est pas tant la production finale qui importe que la manière d’y aboutir et les subjectivités alors mises en jeu.

Retranscrire le vécu, les ressentis, les images et les imaginaires réserve bien des surprises. Cette façon de mettre au travail l’expérience en première personne (via le mouvement et le parcours, mais aussi via la mise en carte puis par la restitution) intéresse de près les chercheurs, artistes ou professionnel.le.s de l’urbain. L’organisation CartONG de Chambéry par exemple souhaite améliorer la manière dont les programmes de développement utilisent les cartes. L’une des membres de l’institution a participé à l’atelier afin de voir comment la carte sensible pourrait donner une autre compréhension de l’humanitaire, et des besoins des Autres conformément à leurs représentations des réalités.

Le paysage d’intensité : parcours à travers la Presqu’île de Lyon

Fig. 6  : La matinée se poursuit dans les jardins du musée des Confluences (crédits : L. Landrin, janvier 2018)

 Nous sommes désormais plus familiers de la marche les yeux fermés deux à deux : Elise nous propose donc de faire une nouvelle expérience guide-guidé pour aller plus loin dans la méthode d’immersion. Pendant sept minutes, le guidé n’est plus au bras du guide, il marche seul et les corps doivent trouver des langages muets pour trouver leurs trajectoires. L’objectif d’une expérience plus longue est de parvenir à se forger quelques repères dans l’aveuglement de certains sens, et de se laisser du temps pour observer la manière dont le mental angoisse ou apprivoise ce déplacement dans un espace inconnu et non maîtrisé. La parole est ré-ouverte après une nouvelle mise en carte pour mettre en commun la diversité des expériences (fig. 6). La grammaire en commun s’enrichie de quelques consignes supplémentaires. En plus du point de départ et d’arrivée, il nous est proposé de faire figurer des registres d’intensité qui soulignent certains moments de l’expérience (fig. 7).

Fig. 7 : Exemple de carte selon la consigne d’E. Olmedo (crédits : L. Landrin, janvier 2018)

L’enjeu est de découvrir ce qu’il est possible d’exprimer à partir d’une proposition de représentation en commun. Plus les expériences de marche et d’immersion dans l’espace sont longues, plus les détails apparaissent. Cela invite les participant.e.s à chercher une manière assez précise de restituer leurs ressentis. Et les cartes montrent cette fois qu’un bruit ou une quelconque autre intensité a souvent besoin des mots pour doubler le tracé graphique, preuve de la difficulté à rendre compte d’une expérience corporelle sans le recours au langage qui semble réduire la forte abstraction d’un vécu personnel. La carte ci-dessous (fig. 8) par exemple installe des repères fixes dans l’espace tout en introduisant du mouvement et de l’épaisseur dans le parcours exercé qu’elle commente de mots ponctuels.

Fig 8. L’épaisseur des traits figure l’intensité du moment vécu (crédits : L. Landrin, janvier 2018)

Enfin, l’expérience prouve que se priver d’un sens prédominant comme la vue permet de faire place au paysage, aux relations et aux textures de l’espace traversé de manière inédite. Ce point nous amène donc à questionner ce que peut être un paysage, dont la définition a été nourrie par la géographie descriptive dans les années 1960 et qui se trouve très tributaire de la vue. Or quand la vue est diminuée, les autres sens prennent une place forte pour renseigner avec d’autant plus d’acuité cette relation entre notre corps et le monde environnant. Il convient d’ailleurs de noter que le « sensible » qui labélise la pratique à laquelle nous initie Elise Olmedo n’intervient pas qu’à l’instant de la marche. Le sensible est aussi présent dans la démarche du tracé sur le papier, ainsi que dans la lecture que l’on donne aux autres de sa carte. L’exercice est donc particulièrement relationnel, et l’intérêt d’une carte qui n’est pas immédiatement lisible (parce qu’elle échappe aux codifications posées par l’Institut Géographique National ou d’autres normalisations de la cartographie), oblige l’Autre à faire un effort pour s’inviter dans un monde perceptif et émotionnel. En témoigne les cartes brutes (fig. 9 et 10) et les extraits de récits de la journée par les participant.e.s :

Fig. 9 : Les émotions sur le trajet, du départ (D) à l’arrivée (A) (crédits : L. Landrin, janvier 2018)

« Une super journée à l’écoule de soi, des autres et de ce qui nous entoure, pour cartographier un peu plus l’essentiel ! Merci »

Fig 10 : Les émotions ressenties sur le trajet, quand l’imagination complète les blancs de la carte (crédits : L. Landrin, janvier 2018)

« Très chouette journée, prenant physiquement comme intellectuellement. Expérimentations filées sur toute la journée, faisant beaucoup réfléchir : sur la cartographie, sur les manières de retranscrire les émotions et sensations, et surtout : plein de manières de faire de la carto et de travailler sur les sensations avec des publics différents » .

Pour clore le moment au Musée des Confluences, Elise nous invite à une chorégraphie collective, les yeux ouverts. Cette fois-ci, trois participant.e.s volontaires ont menés un groupe de six personnes dans un tâtonnement des possibles entre notre corps et l’espace l’urbain. Se mettre debout sur des murets, caresser des surfaces d’eau, se faire une place parmi des passages improbables ou marcher le nez en l’air permet de se détourner des matérialités spatiales pour prendre différemment conscience de leur présence, ailleurs que par la fonctionnalité des lieux.

Une fin de journée vers sa propre recherche-création

Renseigné par cet ensemble de savoirs corporels travaillés dans la matinée, Elise nous propose après une exposition de ses travaux de thèse, de créer par petits groupes de deux ou trois nos propres propositions de parcours sensibles, que l’on pourra ensuite soumettre aux autres.

Avec des retours itératifs entre la carte et l’expérience, les partitions dans le jardin de l’ENS nous permettent cette fois de proposer notre propre méthode sensible. Trois propositions en commun sont données pour l’élaboration de ces parcours : proposer un temps spécifique ; un parcours bien défini (ou un espace de jeu délimité) ; et une action. L’intérêt de la cartographie sensible et d’un rapport à l’espace décalé par rapport à ce que l’on est habitué à en percevoir dans notre quotidien et de manière individuelle, c’est d’utiliser les restriction d’une consigne comme un tremplin de créativité. L’objectif n’est pas de contraindre une expérience, mais de l’inviter à considérer un détail ou un rythme contre intuitif pour découvrir des spatialités nouvelles et partageables. L’expérience comporte deux temps : un premier autour de l’élaboration d’une consigne (fig. 11) ; et un second concrétisé dans une nouvelle réalisation graphique dudit parcours inventé.

Fig. 11 : Mettre en carte la consigne (crédits : L. Landrin janvier 2018)

Certain.e.s ont choisi d’explorer des parcours horizontaux et lent sur le sol (voir fig. 12), d’autres ont préféré jouer sur un parcours sonore (voir fig. 13), quand d’autres encore on exploré les cassures entre un espace intérieur et extérieur en cherchant à comprendre la différence d’un espace traversé le corps recroquevillé ou au contraire très ouvert et grandi (voir fig. 14).

Fig. 12 : Un rendu de l’expérience, couché sur le sol. Nous quittons la forme du tracé ou du parcours pour se centrer sur des impressions sensorielles du corps dans l’espace environné par un bruit, des touchers. Nous quittons de plus en plus la stricte définition de la « carte » pour l’ouvrir à une représentation cognitive et corporelle d’un rapport au monde sur une expérience donnée. (crédits : L. Landrin, janvier 2018)

 

Fig. 13 :  Cartographie d’un univers sonore suite à un parcours dans le jardin. (crédits : L. Landrin, janvier 2018)

 

Fig. 14 : Exposition des consignes d’un groupe donné, explicitant le temps, les lieux du parcours et l’action de la marche. (crédits : L. landrin, janvier 2018)

Elise nous a fait le plaisir de nous initier à son approche géographique, sensible et conceptuelle, en nous offrant à la fois une expérience de corps pensant et des occasions de tester nos propres méthodes d’approche spatiale. Cette journée fut l’occasion de questionner les enjeux de la représentation spatiale, la définition du paysage et d’interroger les ressorts d’un récit d’expérience qui ne soit pas discursif et qui ne se donne pas a priori, puisque les spatialités requièrent cet effort de dépassement de l’immédiateté pour atteindre plus que des significations : du sens. A terme, une journée d’où chacun.e est reparti avec sa boîte à outil adaptable à différents contextes de recherche et d’action. Nous la remercions pour sa sollicitude et son temps, mis à notre disposition pour rendre partageable ce champ de recherche-création.

 

 

Quelques références sur la cartographie sensible pour compléter : 

  • BESSE, J.M, 2000, Voir la Terre, six essais sur le paysage et la géographie Paris, Actes Sud, ENSP/Centre Du Paysage, 168p.
  • CHRISTMANN M., OLMEDO E., 2017, « Rencontre entre cartographie et partition, la figuration de l’expérience », in BESSE J.M., TIBERGHIEN G. A., Opérations cartographiques, Paris, Actes Sud, 352p.
  • FIELDEL B., OLMEDO E., TROIN F., DEPEAU S., POISSON M., AUDAS N., JAULIN A. et DUPLAN K., 2016, « Parcours augmentés, une expérience sensible entre arts et sciences sociales », Carnets de géographes [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 26 mai 2018. URL : https://journals.openedition.org/cdg/721#ftn1
  • FOURNIER M. (dir.), 2016, Cartograhier les récits, Clermond Ferrand, PUBP, 242p.
  • MEKDJIAN S., OLMEDO E., 2016, « Médier les récits de vie. Expérimentations croisées de cartographie sensible et narrative », Mappemonde [En ligne], 118| 2016,   URL : http://mappemonde.mgm.fr/118as2/
  • OLMEDO E., ROUX, J-M, 2014, « Conceptualité et sensibilité dans la carte sensible », Revue Implications philosophiques, 2014. URL : http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/conceptualite-et-sensibilite-dans-la-carte-sensible-12/
  • OLMEDO E., 2017, « Cartographies textiles. Expérimentations de cartographie sensible dans le quartier de Sidi Yusf, Marrakech, Maroc », BRONNER A.-C., TROIN F., ZANIN C, Actes du colloque “Temps, art cartographie”, 16-18/03/2016, Strasbourg, Cartes et géomatiques
  • POISSON et al., (à paraître en 2018), Du Flou dans la ville, Etérotopia.

 

 

Compte rendu de la journée réalisé par Lise Landrin (UMR PACTE, Grenoble), Guillaume Matuzesky (ENS de Lyon) et Antoine Alario (ENS de Lyon).

Toutes les cartes produites durant la journée ont été scannées pour diffusion avec l’aimable autorisation des auteur.e.s.

Rencontres méthodologiques #1 : atelier cartes sensibles et participatives avec E. Olmedo

Les ateliers « Rencontrer l’autre, raconter autrement » souhaitent explorer un nouvel épistème, lequel ne repose pas seulement sur un renouvellement des sujets d’études, mais aussi et surtout dans leurs méthodes d’appréhension du monde. Ils proposent de questionner les enjeux méthodologiques autour du travail avec/sur la différence. Rencontrer l’autre, c’est peut-être avant tout penser les conditions de cette rencontre. Ses lieux, ses langages, ses corps, ses performances, ses représentations : la rencontre implique un décentrement et invite la recherche à découvrir les modes sensibles de nouveaux langages. Raconter autrement, tel est l’enjeu corrélé à la préoccupation d’une rencontre inédite : comment traduire, comment rendre compte des voix invisibles, des dires et des faits de l’autre/des autres en échappant aux termes codifiés, figés et classifiés par nos ontologies de recherche situées ?

Les travaux d’Elise Olmédo répondent à ces préoccupations. Sa thèse soutenue en 2015 a fait émerger l’insuffisance des méthodes désormais classiques en sociologie qui consistent à récolter des récits de vie. C’est au travers de ses terrains au Maroc qu’elle a mis au point une approche dialoguée autour des espaces vécus. Les cartes mentales et participatives qu’elle livre de son étude ne sont pas en papier mais en tissus ou en peinture, à la recherche de manières de transcrire une expérience singulière et partageable.
La journée a pour objectif de nous initier à cette démarche de recherche, et d’expérimenter quelques une de ses pratiques. La journée s’envisage comme une expérimentation collective de la méthode des cartes sensibles et participatives. La démarche de recherche-création chère à Elise Olmédo fait de la carte à la fois l’objet de création pour transcrire et mettre en sens l’expérience et le vécu singulier, et en même temps, l’objet porteur d’interprétations des messages pour les récepteurs. La carte sensible devient le fragment palpable d’un cheminement plus-qu’individuel.
Comment parler de l’expérience ? Comment rendre compte du monde perceptif et actionnel singulier ? Et plus que cela, comment mobiliser une méthode qui ne s’envisage pas comme un enregistrement froid du social sinon comme une émergence créative et réflexive qui fait sens pour le créateur et les récepteurs via un en-commun né du faire-ensemble ?

Le format original de cette intervention limite le nombre d’inscrits à 20 personnes. Inscriptions ouvertes à tou.te.s mais obligatoires ici : https://www.eventbrite.fr/e/billets-atelier-eolmedo-41677878657

 

Image de couverture : Mabeye Deme, ateliers de cartographies, Grenoble, Sarah Mekdjian, Marie Moreau, Laetita Abbas, 2013.
publié dans la revue Mappemonde (http://mappemonde.mgm.fr/118as2/)

Journée d’étude : Penser les altérités

Capture d_écran 2017-10-12 à 17.52.34

 

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le descriptif de l’évènement et le programme détaillé ici : Penser les altérités_descriptif

Vous pouvez vous y inscrire ici

En espérant vous y retrouver nombreux.ses !

 

 

Présentation : rencontres méthodologiques

Choisir pour objet d’étude des populations ou des groupes marginalisés, faisant l’expérience quotidienne de leur différence ou de leur caractère minoritaire implique-t-il de travailler différemment ?

De manière transversale, la question de l’accès à des voix minoritaires ou subalternes peut poser problème en sciences sociales. Espaces isolés, populations vulnérables psychologiquement, groupes en situation illégale, mais aussi sources difficilement accessibles dans le cas d’un travail sur des peuples sans écriture sont autant d’exemples des difficultés des démarches de recherche s’intéressant aux groupes altérisés ou marginalisés.

Au delà de la question de l’accès, avoir pour objet des groupes marginalisés implique également de veiller à penser son objet de recherche plutôt comme un sujet, et souvent, de ne pas travailler “sur” mais “avec”, en évitant de faire du chercheur un démiurge tout puissant producteur d’un savoir dont les principaux intéressés ne voient pas l’intérêt. Dès lors, deux enjeux apparaissent.  D’une part, comment mettre en œuvre une recherche qui se veut éthique, veillant à ne pas blesser, ni endommager les situations  dans lesquelles se trouvent les enquêtés ? D’autre part, comment faire en sorte que la question ayant un intérêt scientifique puisse avoir une traduction plus politique, tant en matière d’utilité que de juste retour aux populations interrogées ?  Tout processus de recherche étant également un phénomène social, chercheur et chercheures se doivent d’éviter de reproduire des rapports de pouvoir qu’il et elles prétendent étudier – et d’amoindrir l’asymétrie des rapports sociaux à laquelle certaines méthodes de recherche peuvent conduire.

Ce sont ces thématiques que nous souhaitons aborder au sein de ces rencontres méthodologiques. Organisées un fois par mois à l’ENS de Lyon selon la logique de l’atelier de recherche, elles proposent de faire se rencontrer des chercheurs jeunes et expérimentés dont les recherches touchent d’une manière ou d’une autre les problématiques de l’altérité. Les séances respecteront le modèle suivant : après une intervention d’un.e invité.e présentant ses recherches, l’objectif sera d’organiser un débat avec les présent.es pour discuter la présentation, au regard des expériences et sujets de chacun et chacune.