Lu : E. Saïd, L’orientalisme. L’Orient crée par l’Occident (1978).

L’orientalisme est l’un des ouvrages fondateurs des études postcoloniales. A partir d’une analyse d’un ensemble d’œuvres littéraires et artistiques, il montre que “l’Orient” n’est qu’une création de “l’Occident”, reflétant la domination politique et culturelle du second sur le premier ainsi qu’un ensemble de processus de dévalorisation, voire de diabolisation d’éléments culturels attribués à l’Orient (langue arabe, islam). Cette approche par les discours et les représentations dominantes révèlent un ensemble de violences symboliques qui sont produites par le processus de dénomination, comme l’explique T. Todorov dans la préface de cette édition : “Le concept est la première arme dans la soumission d’autrui car il le transforme en objet (alors que le sujet ne se réduit pas au concept) délimiter un objet comme “l’Orient” ou “l’Arabe” est déjà un acte de violence”.

 

Edward Saïd, 1978, L’orientalisme. L’Orient crée par l’Occident, (2015 pour la présente édition, trad. C. Malamoud), Seuil, 592p.

source image de couverture : Seuil

Lu : H. Becker, Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance (1963)

Pourquoi et comment fumeurs de marijuana ou musiciens de jazz sont catégorisés comme déviants ? Cet ouvrage devenu classique de la sociologie de la déviance a proposé une approche nouvelle lors de sa publication : penser la délinquance et les marginaux comme des déviants. L’originalité de l’approche repose ici sur la prise en compte tant du point de vue des déviants tant que celui des “entrepreneurs de morale”. Ils sont des acteurs qui cherchent à influencer un groupe, dans le but de lui faire adopter une norme (créateurs de normes) ou de les maintenir (défenseurs de normes).

  L’ouvrage est disponible ici.

 

Howard S. Becker, 1963 (1985 pour la présente édition, trad. J-P. Briand et J-M. Chapoulie) Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Métaillé, 250p. 

source image de couverture : Métaillé.