Lu : Elsa Dorlin (dir.), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, 2009.

Cet ouvrage rassemble un ensemble de textes fondateurs des études féministes, qui portent sur l’analyse de ces catégories – sexe, race, classe- comme construits sociaux. Il s’agit de voir comment s’imbriquent les rapports de pouvoir entre dominants et dominés, en réunissant un panel d’outils théoriques pour les analyser. En mobilisant différentes traditions disciplinaires (philosophie, sociologie, science politique ou encore littérature), l’ouvrage propose notamment un ensemble de réflexion sur les usages scientifiques de ces catégories : ont-elles les mêmes statuts ? Comment conceptualiser ces rapports de pouvoir sans les reproduire ?

On remarquera notamment le texte de D. Kergoat proposant une critique de l’intersectionnalité. Pour l’auteure, qui refuse le terme car considéré comme trop descriptif et fixiste les rapports sociaux sont marqués par la consubtantialité et la coextensivité. Ainsi, les rapports de sexe, de genre, de classe ou de race “se re-proproduisent et se coproduisent mutuellement” : cela implique au'”aucun rapport social n’est premier” (p.119). Par exemple, la catégorisation sociale de “genre” sera construite différemment selon la classe ou la race. Ainsi la catégorisation sociale se traduit par différents processus de mise à distance de l’autre.

Elsa Dorlin (dir.), 2009, Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Presses Universitaires de France, 320p.

Source image de couverture : PUF