Lu : D. Kaplan, Navigating ethnicity : segregation, place-making and difference (2017).

David Kaplan propose dans son dernier ouvrage une approche spatiale et globale de l’ethnicité. Immigrants, voisins, intégration, commerces ethniques, multiculturalisme… sont autant de notion abordées ici. Quel rôle joue l’espace dans la fabrique sociale des ethnies, de la race, mais aussi des “identités nationales” et nationalismes ?
Des Etats-nations aux quartiers ethniques et voisinages de lotissement, c’est finalement l’idée que chaque groupe social doit être contextualisé, historiquement et spatialement pour comprendre sa constitution comme groupe : pour D. Kaplan, l’ethnicité est un phénomène contingent. Cette catégorisation est le fruit d’un dialogue entre l’intérieur et l’extérieur du groupe (un “nous” et un “eux”) mais également à l’intérieur des groupes eux-mêmes, qui se définissent également au regard de cette dialectique d’identification.

 

David Kaplan, 2017, Navigating ethnicity : segregation, place-making and difference, Rowman & Littlefield Publishers, 258p.

Source image de couverture : R&L Publishers

Lu : A. Clerval, A. Fleury, J. Rebotier, S. Weber (dir.), 2015 , Espace et rapports de domination

Résultat de recherche d'images pour "espaces et rapports de domination"

Assignation à l’espace domestique, restriction d’accès à l’espace public ou encore création d’espaces “safe” sont autant de phénomènes spatiaux qui reflètent des rapports sociaux asymétriques. Du moyen d’exercer une domination à la ressource pour résister, quels rôles joue l’espace dans les rapports entre dominant.e.s et dominé.e.s ? L’ouvrage adopte une approche qui mobilise “les pensées critiques sur l’espace” et interroge les usages de l’espace par les dominant.e.s dans l’objectif d’asseoir leur pouvoir social. Mais il n’oublie pas qu’il peut également être utilisé par les dominé.e.s pour résister et contester ces rapports sociaux.

On signalera notamment la remarquable partie de l’ouvrage qui revient sur le statut épistémologique de l’espace et qui négocie avec habileté l’articulation entre ancrages empiriques et débats théoriques qui restent transversaux en géographie.

A. Clerval, A. Fleury, J. Rebotier et S. Weber (dir.), 2015, Espace et rapports de domination, Presses universitaires de Rennes, 400p.

Source image de couverture : PUR