Lu : C. Cossée (et al.), Faire figure d’étranger : regards croisés sur la production de l’altérité (2004)

Faire figure d'étranger

« Maghrébin », « Noir », « Tsigane » sont des exemples parmi d’autres de toute une série de catégorisations fondées sur des « origines » et qui s’appuient bien souvent sur l’apparence des individus. Ces « figures d’étranger » font l’objet de représentations stéréotypées, et dans la plupart des cas stigmatisantes. A travers plusieurs études de cas, cet ouvrage propose de déconstruire les processus de fabrication de ces altérités en analysant la façon dont différents acteurs se saisissent de ces catégorisations.  Les auteures présentent ainsi leur objectif : « nous souhaitons qu’après lecture de ce livre collectif, on ne puisse plus regarder de la même façon les personnes désignées par les figures de « l’Etranger », ni écouter avec la même indulgence les discours dont elles font l’objet et qui, même les mieux intentionnés, les enferment dans leur étrangéité » (p.27).

Compte-rendu plus détaillé de Stéphanie Condon et Christelle Hamel ici.

Claire Cossée, Emmanuelle Lada et Isabelle Rigoni, 2004, Faire figure d’étranger : regards croisés sur la production de l’altérité, Armand Colin, 320p.

Source image de couverture : Armand Colin

 

Lu : Catherine Coquery-Vidrovitch, Enjeux politiques de l’histoire coloniale, 2009

Les débats relatifs au passé colonial sont souvent manipulés à des fins politiques. Alors que l’historiographie sur le sujet, qui n’est ni monolithique, ni unilatérale, ne cesse de progresser et de complexifier le sujet depuis les années 1960, l’enseignement de ce passé et son usage dans l’espace public ne cessent d’être le porte étendard des forces conservatrices, comme l’a démontré la mobilisation autour de l’apprentissage du « rôle positif de la présence française en outre-mer » sous le gouvernement Sarkozy. Décortiquant la circulation des discours, l’auteure montre que le président de la République explique au plus fort de la polémique en 2005 « qu’il faut cesser avec la repentance permanente », s’appropriant ainsi le vocabulaire de l’essai très contesté de Daniel Lefeuvre.
Face à ces (més)usages publics et politiques de l’histoire coloniale, qui invoquent à tort et à travers des « faux concepts » tel « communautarisme » et « loi mémorielle », Catherine Coquery-Vidrovitch en appelle à une prise en compte plus savante du passé colonial de la France au sein d’une démarche critique. Critique, l’auteure l’est aussi d’un postcolonialisme pour qui tout s’explique par un passé colonial hors sol, imperméable aux autres enjeux politiques.

Catherine Coquery-Vidrovitch, 2009,  Enjeux politiques de l’histoire coloniale, Agone, 191p.

Source image de couverture : Agone

Lu : Didier Eribon, Une morale du minoritaire, 2015

Cet ouvrage de Didier Eribon pose la question suivante : comment la stigmatisation contribue à façonner une “subjectivité minoritaire” marquée par la honte ?

L’auteur se penche le fait de ranger les individus dans des catégories infériorisées, qui a pour conséquence de modifier le rapport au monde des dits individus. Il analyse alors les productivités de cette catégorisation en approchant alors les discours, de l’acte de nomination, et en particulier la question de l’insulte : “Tantes”, “tapettes”, “pédés” découpent des réalités “objectives” dans le monde social et sexuel, et les mots de la stigmatisation instaurent, et réinstaurent sans cesse, la “réalité” de ce qu’ils désignent, au moment où ils semblent simplement l’énoncer ou la dévoiler. Dire à quelqu’un qu’il est une “tante”, un “pédé”, c’est énoncer la “vérité” de ce qu’il “est”. Mais cet individu n’est ce qu’il est que parce que les mots – c’est-à-dire l’histoire collective de l’ordre social et sexuel sédimentée dans le langage et les fantasmes sociaux qu’il exprime – vont inscrire dans sa définition même, et dans son être, toute la “réalité” qu’ils désignent, pour faire de lui un exemplaire, un spécimen d’une espèce particulière, lui attribuant ainsi des traits psychologiques, des pratiques, des sentiments, ou même des caractéristiques physiques, qui ne sont peut-être pas les siens propres, mais qui entrent dans la définition sociale et fantasmatique de cette catégorie de personnes à laquelle il appartient, et donc la sienne. (…) Un “pédé”, pour le regard social dominant, pour la société hétérosexiste et homophobe, ce n’est rien d’autre qu’un “pédé”, en même temps qu’un “pédé”, c’est tous les “pédés” à la fois et toute l’homosexualité. De la même manière que, pour la Reine Blanche dans Les Nègres (de Jean Genet), un Noir, c’est toute l’Afrique. (…) Ainsi l’injure, comme le regard raciste en général, inscrit une essence dans le corps de l’individu désigné, puisqu’elle grave en lui tout ce que le mot semble contenir, représenter. L’injure est essentialiste, car le monde social l’est. (…) C’est pourquoi également toute personne qui appartient à une catégorie infériorisée peut être tenue pour comptable ou responsable de tout ce que fait une autre personne appartenant à la même catégorie.”

Didier Eribon, 2001, Une morale du minoritaire. Variation sur un thème de Jean Genet, Fayard, 360p.

Source image de couverture : Fayard

Lu : E. Saïd, L’orientalisme. L’Orient crée par l’Occident (1978).

L’orientalisme est l’un des ouvrages fondateurs des études postcoloniales. A partir d’une analyse d’un ensemble d’œuvres littéraires et artistiques, il montre que “l’Orient” n’est qu’une création de “l’Occident”, reflétant la domination politique et culturelle du second sur le premier ainsi qu’un ensemble de processus de dévalorisation, voire de diabolisation d’éléments culturels attribués à l’Orient (langue arabe, islam). Cette approche par les discours et les représentations dominantes révèlent un ensemble de violences symboliques qui sont produites par le processus de dénomination, comme l’explique T. Todorov dans la préface de cette édition : “Le concept est la première arme dans la soumission d’autrui car il le transforme en objet (alors que le sujet ne se réduit pas au concept) délimiter un objet comme “l’Orient” ou “l’Arabe” est déjà un acte de violence”.

 

Edward Saïd, 1978, L’orientalisme. L’Orient crée par l’Occident, (2015 pour la présente édition, trad. C. Malamoud), Seuil, 592p.

source image de couverture : Seuil