Lu : F. Jullien, Il n’y a pas d’identité culturelle (2016)

couv_jullien_v2

Alors que depuis plusieurs années a émergé un débat public autour de l’existence prétendue d’une “identité nationale”, le sinologue et philosophe F. Jullien propose ce livre en forme de manifeste. Il propose alors une transformation des concepts pour sortir des aspects trop essentialistes qui ressortent lors de ces débats. En s’inspirant de la pensée chinoise qui “dé-ontologise” le monde pour le penser davantage en mouvement qu’en catégories fixes, il explique qu’il vaut mieux parler d'”écart” que de différence entre les cultures. En effet, d’une part, l’écart permet de penser le commun, et d’autre part, le propre d’une culture est de se transformer : “une culture n’a pas d’identité car elle ne cesse de se transformer”.
En somme, l’identité culturelle n’existe pas puisqu’elle n’est jamais identique. De même et par conséquent, l’altérité n’est jamais également autre : il vaut mieux penser en termes d’écart que de différence.
F. Jullien propose alors de penser la culture comme une ressource : un ensemble d’outils mobilisables par tous.

 

François Jullien, Il n’y a pas d’identité culturelle, l’Herne, 104p.

Source image couverture : l’Herne