Lu : S. Mazouz, La république et ses autres (2017)

C’est à travers l’analyse de politiques publiques que Sarah Mazouz pose la question : “la France a-t-elle peur de ses autres ? “
Ce livre tiré de son travail de thèse revient sur une enquête ethnographique conduite dans les dispositifs de lutte contre les discriminations et dans un bureau de naturalisation. Dans une solide introduction qui revient sur quelques textes fondateurs en sciences sociales, tels les travaux de Franz Fanon et la notion de racialisation puis ceux de Robert Miles, elle montre pourquoi il faut préférer la notion de racialisation plutôt que de racisme. Racialisation permet en effet de montrer “comment l’assignation raciale est une production complexe et dynamique où entrent en jeu pour la souligner ou l’atténuer d’autres types de rapports de pouvoir (…) la catégorisation raciale est donc toujours une construction éphémère et labile, qui ne correspond pas systématiquement aux caractéristiques que le raciste conçoit comme raciale” (p.15). C’est cet aspect dynamique qui constitue la cheville de son travail, et qui, bien sûr, aborde la “race” comme un construit social et non comme une donnée biologique.

Elle montre ensuite que dire les expériences de naturalisation ou encore les politiques de protection des discrimination c’est réfléchir à comment la loi produit des normes culturelles dominantes et par conséquent dessine les conditions d’un écart : les cérémonies de naturalisation sont par exemple une mise en scène des symboles républicains.

Enfin, l’un des intérêts de l’ouvrage est également de montrer une lecture ethnographique d’une situation au prisme de la subjectivité de son auteure, qui a joué dans le dispositif d’enquête : “relativement claire de peau, portant un patronyme du Maghreb mais qui, accompagné de mon prénom, ne permet pas de savoir si je suis d’origine juive ou musulmane, parlant le français avec un accent parisien et appartenant au monde universitaire, j’ai été pendant toute l’enquête de terrain, racialisée comme blanche et de ce fait catégorisée comme française – alors qu’à ce moment là, je n’avais que la nationalité tunisienne” (p.26).

 

Sarah Mazouz, 2017, La République et ses autres. Politiques de l’altérité dans la France des années 2000, ENS Editions, 300p.

Source image couverture : ENS Editions

Lu : C. Cossée (et al.), Faire figure d’étranger : regards croisés sur la production de l’altérité (2004)

Faire figure d'étranger

« Maghrébin », « Noir », « Tsigane » sont des exemples parmi d’autres de toute une série de catégorisations fondées sur des « origines » et qui s’appuient bien souvent sur l’apparence des individus. Ces « figures d’étranger » font l’objet de représentations stéréotypées, et dans la plupart des cas stigmatisantes. A travers plusieurs études de cas, cet ouvrage propose de déconstruire les processus de fabrication de ces altérités en analysant la façon dont différents acteurs se saisissent de ces catégorisations.  Les auteures présentent ainsi leur objectif : « nous souhaitons qu’après lecture de ce livre collectif, on ne puisse plus regarder de la même façon les personnes désignées par les figures de « l’Etranger », ni écouter avec la même indulgence les discours dont elles font l’objet et qui, même les mieux intentionnés, les enferment dans leur étrangéité » (p.27).

Compte-rendu plus détaillé de Stéphanie Condon et Christelle Hamel ici.

Claire Cossée, Emmanuelle Lada et Isabelle Rigoni, 2004, Faire figure d’étranger : regards croisés sur la production de l’altérité, Armand Colin, 320p.

Source image de couverture : Armand Colin