Lu : M. Houssay Holzschuch, Le cap, ville Sud Africaine. Ville blanche, vies noires (1999)

Ce livre tiré du travail de thèse de l’auteure et propose une analyse de l’organisation d’une ville qui a longtemps prôné la séparation des “races” : comment l’espace urbain a-t-il constitué un facteur de catégorisation sociale ? Comment se lisent, dans la ville d’aujourd’hui ces fractures sociales ?
Le Cap était une ville européenne, dont les administrateurs ont organisé l’exclusion des noirs en pleine période de l’Apartheid. Mais malgré ce “vol de territoire”, les recensements de 96 montre que le Cap est une ville métisse, blanche et noire ; c’est une ville qui cherche son identité après les processus de relégation systématiques d’une grande partie de sa population et qui aujourd’hui accueille le parlement sud-africain.

 

Myriam Houssay Holzschuch, 1999, Le cap, ville Sud Africaine. Ville blanche, vies noires, l’Harmattan, 278p.

Source image de couverture : l’Harmattan

Lu : T. Todorov, Nous et les autres, 1989

Quelles relations existe-t-il entre « nous » et les « autres » ? Entre ceux qui appartiennent à une communauté culturelle et sociale et ceux qui n’en font pas partie ? Todorov propose ici de répondre à cette question en parcourant la pensée française qui a abordé le sujet. La nécessité d’étudier la manière dont les autres ont étés pensés – et par conséquent dont la dialectique nous/eux s’est construite – lui semble d’autant plus prégnante que “toujours, partout, en toutes circonstances, nous vivons avec eux.” A travers une approche diachronique qui se rapproche d’une histoire des idées, il interroge notamment certains aspects du relativisme comme de l’universalisme.

Tzvetan Todorov, 1989, Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine, Seuil, 464p.

Source image de couverture : Seuil

Lu : D. Kaplan, Navigating ethnicity : segregation, place-making and difference (2017).

David Kaplan propose dans son dernier ouvrage une approche spatiale et globale de l’ethnicité. Immigrants, voisins, intégration, commerces ethniques, multiculturalisme… sont autant de notion abordées ici. Quel rôle joue l’espace dans la fabrique sociale des ethnies, de la race, mais aussi des “identités nationales” et nationalismes ?
Des Etats-nations aux quartiers ethniques et voisinages de lotissement, c’est finalement l’idée que chaque groupe social doit être contextualisé, historiquement et spatialement pour comprendre sa constitution comme groupe : pour D. Kaplan, l’ethnicité est un phénomène contingent. Cette catégorisation est le fruit d’un dialogue entre l’intérieur et l’extérieur du groupe (un “nous” et un “eux”) mais également à l’intérieur des groupes eux-mêmes, qui se définissent également au regard de cette dialectique d’identification.

 

David Kaplan, 2017, Navigating ethnicity : segregation, place-making and difference, Rowman & Littlefield Publishers, 258p.

Source image de couverture : R&L Publishers

Lu : Elsa Dorlin (dir.), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, 2009.

Cet ouvrage rassemble un ensemble de textes fondateurs des études féministes, qui portent sur l’analyse de ces catégories – sexe, race, classe- comme construits sociaux. Il s’agit de voir comment s’imbriquent les rapports de pouvoir entre dominants et dominés, en réunissant un panel d’outils théoriques pour les analyser. En mobilisant différentes traditions disciplinaires (philosophie, sociologie, science politique ou encore littérature), l’ouvrage propose notamment un ensemble de réflexion sur les usages scientifiques de ces catégories : ont-elles les mêmes statuts ? Comment conceptualiser ces rapports de pouvoir sans les reproduire ?

On remarquera notamment le texte de D. Kergoat proposant une critique de l’intersectionnalité. Pour l’auteure, qui refuse le terme car considéré comme trop descriptif et fixiste les rapports sociaux sont marqués par la consubtantialité et la coextensivité. Ainsi, les rapports de sexe, de genre, de classe ou de race “se re-proproduisent et se coproduisent mutuellement” : cela implique au'”aucun rapport social n’est premier” (p.119). Par exemple, la catégorisation sociale de “genre” sera construite différemment selon la classe ou la race. Ainsi la catégorisation sociale se traduit par différents processus de mise à distance de l’autre.

Elsa Dorlin (dir.), 2009, Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Presses Universitaires de France, 320p.

Source image de couverture : PUF

Lu : Didier Eribon, Une morale du minoritaire, 2015

Cet ouvrage de Didier Eribon pose la question suivante : comment la stigmatisation contribue à façonner une “subjectivité minoritaire” marquée par la honte ?

L’auteur se penche le fait de ranger les individus dans des catégories infériorisées, qui a pour conséquence de modifier le rapport au monde des dits individus. Il analyse alors les productivités de cette catégorisation en approchant alors les discours, de l’acte de nomination, et en particulier la question de l’insulte : “Tantes”, “tapettes”, “pédés” découpent des réalités “objectives” dans le monde social et sexuel, et les mots de la stigmatisation instaurent, et réinstaurent sans cesse, la “réalité” de ce qu’ils désignent, au moment où ils semblent simplement l’énoncer ou la dévoiler. Dire à quelqu’un qu’il est une “tante”, un “pédé”, c’est énoncer la “vérité” de ce qu’il “est”. Mais cet individu n’est ce qu’il est que parce que les mots – c’est-à-dire l’histoire collective de l’ordre social et sexuel sédimentée dans le langage et les fantasmes sociaux qu’il exprime – vont inscrire dans sa définition même, et dans son être, toute la “réalité” qu’ils désignent, pour faire de lui un exemplaire, un spécimen d’une espèce particulière, lui attribuant ainsi des traits psychologiques, des pratiques, des sentiments, ou même des caractéristiques physiques, qui ne sont peut-être pas les siens propres, mais qui entrent dans la définition sociale et fantasmatique de cette catégorie de personnes à laquelle il appartient, et donc la sienne. (…) Un “pédé”, pour le regard social dominant, pour la société hétérosexiste et homophobe, ce n’est rien d’autre qu’un “pédé”, en même temps qu’un “pédé”, c’est tous les “pédés” à la fois et toute l’homosexualité. De la même manière que, pour la Reine Blanche dans Les Nègres (de Jean Genet), un Noir, c’est toute l’Afrique. (…) Ainsi l’injure, comme le regard raciste en général, inscrit une essence dans le corps de l’individu désigné, puisqu’elle grave en lui tout ce que le mot semble contenir, représenter. L’injure est essentialiste, car le monde social l’est. (…) C’est pourquoi également toute personne qui appartient à une catégorie infériorisée peut être tenue pour comptable ou responsable de tout ce que fait une autre personne appartenant à la même catégorie.”

Didier Eribon, 2001, Une morale du minoritaire. Variation sur un thème de Jean Genet, Fayard, 360p.

Source image de couverture : Fayard