Qui sommes-nous ?

Au delà de la valorisation d’une dimension pluridisciplinaire, ce laboratoire junior est né lors de discussions informelles entre apprenti.e.s géographes, sur les bancs de l’ENS Lyon.

Responsables du laboratoire junior

Marlène Bouvet

Doctorante à l’École Normale Supérieure de Lyon (Centre Max Weber), je suis Attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université Lyon 2. À la croisée d’une sociologie de la culture, de la psychiatrie et des classes sociales, mon travail ethnographique en clinique privée éclaire la fabrique sociale de l’effondrement émotionnel. Je me consacre parallèlement à l’extrapolation d’une enquête sur les dispositions professionnelles de la bourgeoisie financière française. Enfin, je coordonne une enquête collective INJEP/ENS de Lyon sur les pratiques culturelles des jeunes de milieux populaires.

Florent Chossière 

Agrégé de géographie, ancien étudiant de l’ENS Lyon, doctorant à l’université Gustave Eiffel (EA  3350 Analyse Comparée des Pouvoirs), mes recherches articulent géographie du genre et des sexualités et géographie des migrations. Ma thèse porte sur les trajectoires socio-spatiales de personnes demandant l’asile en France au motif de leur orientation sexuelle ou identité de genre. Je suis également membre du groupe transversal de recherche Justice, Espace, Discriminations, Inégalités du labex Futurs Ubrains (Université Paris-Est) et fellow de l’Institut Convergences Migrations.

Marine Duc

Agrégée de géographie et ancienne élève de l’ENS Lyon, doctorante à l’université Bordeaux-Montaigne (UMR 5319 Passages). Mes thématiques de recherches se situent en géographie sociale. En croisant géographie des migrations et géographie de l’éducation, mon travail  de thèse se penche plus particulièrement sur les mobilités étudiantes et les processus de subjectivation en contexte postcolonial  dans les espaces de vie et d’études des jeunes Groenlandais au Danemark.

Autres membres du laboratoire

Antoine Alario

Étudiant  à l’École Normale Supérieure de Lyon en Master 2 de Philosophie, mes recherches tournent depuis bientôt deux ans autour du travail de Michel Foucault, et plus précisément du “dernier” Foucault. Je suis surtout intéressé par les queer studies, les théories de la marginalité notamment héritières de la philosophie foucaldienne. Mes mémoires de recherche sont animés par la force conceptuelle et sociale qui émane de cette idée de “queer” – mon mémoire de M2 porte ainsi sur la possibilité de penser une ontologie du sujet queer à partir de Foucault.

Charlotte Blanco

Agrégée de géographie, actuellement en M2 de Sciences Sociales à l’ENS de Lyon. Mon mémoire de M1 portait sur l’accueil des personnes migrantes à Lyon, sur leurs mobilités et leur façon de s’orienter dans la ville. À l’occasion de ce mémoire, j’ai complété mon approche géographique par des analyses issues de la discipline sociolinguistique : dans le cas des personnes migrantes, des stigmatisations linguistiques viennent redoubler des stigmatisations sociales. Pour la suite de mes recherches, j’aimerais garder ces deux prismes d’analyse, géographique et sociolinguistique, pour comprendre comment se construisent et se recomposent les identités des personnes migrantes installées dans leur pays d’accueil.

Mareike Boldt

Théoxane Camara

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, je suis doctorante en sociologie à l’Université de Poitiers (Gresco). Initialement formée en sociologie urbaine, je me suis d’abord intéressée aux classes populaires dans ces perspectives de recherche, par mes travaux universitaires et différentes collaborations à des enquêtes collectives. Ces différents terrains ethnographiques parisiens et lyonnais m’ont progressivement rapprochée d’une fraction des classes populaires : les immigrés subsahariens et leurs enfants. C’est ainsi que je me suis consacrée, dès ma deuxième année de Master, à l’étude des parcours des descendants d’immigrés subsahariens. À la croisée de la sociologie de l’immigration, du racisme, de la famille et des socialisations, ma thèse vise plus particulièrement à éclairer les destins sociaux de cette « génération black », à travers l’exemple des descendants d’immigrés maliens et sénégalais.

Izel Demirbas

Doctorante en histoire contemporaine de la médecine au sein de l’Institut des humanités en médecine de Lausanne (UNIL-CHUV, Suisse), mes recherches portent sur l’histoire du consentement médical ainsi que sur des essais thérapeutiques sur les populations vulnérables en psychiatrie (1950-1990). Je m’intéresse également à l’histoire des premières femmes médecins en Suisse (1870-1940) et leur apport à la production de savoir médical sur le corps féminin.

Chloé Dubost

Après deux mémoires de Master Arts de la scène (« La singularité des personnages de B.-M. Koltès : des identités fabriquées par l’espace, entre émancipation et conformité » ; « Le Séjour poétique : une émancipation politique ? Étude du théâtre de Jean-Pierre Siméon »), et un mémoire en Lettres modernes, parcours Littérature comparée (Wole Soyinka, LeRoi Jones, et Léonora Miano : la dialectique entre politique et poésie dans le théâtre africain diasporique) à l’École Normale Supérieure de Lyon, Je commence en septembre prochain une thèse de doctorat en Arts du spectacle sur les nouvelles dramaturgies poético-politiques de l’Afrique subsaharienne, diasporique et francophones (Koffi Kwahulé, Kossi Efoui et Léonora Miano). Il s’agira de déterminer la manière qu’a la poésie de subvertir l’imaginaire politique, historique (sujet-objet, état souverain) et contemporain (Tout-monde), pour produire une nouvelle rationalité politique. Je suis également chargée de cours à l’Université Lumière Lyon 2 et j’ai participé à plusieurs créations en tant que musicienne (piano-violon), danseuse et comédienne.

Estelle Fisson

Diplomée d’un master de Sciences Po Paris et de l’ENS de Lyon, je réalise une thèse en science politique à l’Université Lumière – Lyon 2. À la croisée de la sociologie du genre et de l’homosexualité, de l’action collective et du syndicalisme et de la sociologie du travail, je m’intéresse à l’appropriation de la cause LGBTQI+ par les syndicats français et espagnols dans une perspective socio-historique depuis 1968. Je suis boursière et résidente à la Casa de Velázquez à Madrid, membre du bureau de l’association de jeunes chercheurs et chercheuses en étude de genre Efigies. Je fais également partie de l’équipe du séminaire SYMETT (Syndicalisme, Méthodes, Terrains, Travaux) et de l’atelier de traductologie féministe de l’espagnol au français (projet Félicités). Bi-admissible à l’agrégation et titulaire d’un CAPES, je donne des cours à Lyon 2 et en master à Sciences Po Paris.

Laurie-Anne Galiby

François-René Julliard

Agrégé d’histoire et ancien élève de l’ENS de Lyon, je suis inscrit en thèse d’histoire contemporaine depuis la rentrée 2018, en codirection à l’Université Clermont-Auvergne (UCA) et à Paris Nanterre. Ce travail de thèse porte sur l’histoire des sportifs africains-américains et des Jeux olympiques pour une période d’un siècle (1896-1996). Je m’interroge en particulier sur l’évolution des stéréotypes raciaux dans le milieu du sport, qui devient au XXe siècle une voie privilégiée vers la promotion sociale pour les Noirs américains.

Lise Landrin

Doctorante en deuxième année au laboratoire PACTE, à l’Université Grenoble Alpes, je travaille au sein de l’équipe de recherche Justice Sociale. Après un double parcours en Philosophie (UPMF, Grenoble) et en Développement International (IGA, Grenoble), j’obtiens l’agrégation de Géographie et débute une thèse sur les identités de genre dans les milieux ruraux du Népal, questionnant autant ses structures que ses transgressions. Or quel meilleur moyen pour saisir l’intime, pour questionner les corps que de les mettre en scène ? Persuadée de l’heuristique de la création, j’étudie les normes spatiales de la féminité et de la masculinité à l’aide du théâtre, de la poésie et des cartes mentales en menant une réflexivité collective autour de ces arrangements sociaux.

Marie Lécuyer 

Agrégée d’histoire avant de me réorienter en géographie, élève de master 2 en « sciences sociales, parcours espaces » à l’ENS Lyon. Je m’intéresse à la géographie sociale, à la géographie féministe et aux gender studies. Après un mémoire de master sur la lutte contre le harcèlement sexiste dans les transports en commun, mes recherches actuelles portent sur le rapport des femmes à leur espace professionnel dans le milieu portuaire, sujet auquel j’aimerais consacrer un travail de thèse.

Guillaume Matuzesky

Myriam Mellouli

Diplômée d’un Master de Lettres Modernes, étudiante à l’ENS de Lyon en Master 1 « Cinéma et Audiovisuel, parcours les pensées du cinéma ». Après avoir effectué deux mémoires en littérature comparée, j’ai décidé en 2018-2019 d’étendre cette approche comparatiste à l’étude d’œuvres cinématographiques. Dans la continuité de mon étude sur la spécificité des écritures littéraires de la boxe qui réside dans une « esthétique de la survie », je m’intéresse à l’étude de la singularité des écritures cinématographiques de la boxe. Du roman au rap, du film documentaire au clip vidéo, j’ai à cœur de tisser une étude monographique des diverses écritures de la boxe lors d’un éventuel doctorat. Pour continuer à mettre la lumière sur les parcours autres, marginaux, de ces corps écorchés.

Mahieu Ramanitra