JE#4 – Enregistrements

Pour celles et ceux qui auraient manqué notre 4ème journée d’étude, vous pouvez retrouver ici les interventions de la journée !

JE#4 – Croiser les dominations : des aspérités du terrain aux défis de l’interprétation

Le laboratoire junior Altérités, Marginalités, Catégorisations de l’ENS de Lyon vous invite à sa quatrième journée d’étude qui aura lieu le vendredi 18 octobre de 9h à 18h !

Introduction de la journée d’étude (9h – 9h15)

Mises en perspective théoriques : conceptualiser des rapports de domination singuliers (9h15 – 12h)

Nacira Guénif (Université Paris VIII, EXPERICE) – Sortir de l’angle mort

Danièle Kergoat (CNRS, GTM CRESPPA) – Je ne sais ce que je vois qu’en travaillant

Amélie Le Renard (CNRS, Centre Maurice Halbwachs) – Le privilège occidental. Travail, intimité et hiérarchies postcoloniales à Dubaï

Manières de dominer : (re)configurations des rapports de pouvoir “en situation” (13h – 15h15)

Bénédicte Fontaine (Université Catholique de Louvain, LAAP) – (In)conscience de classe. Nommer les élites à travers l’ethnographie d’un cercle d’affaires bruxellois

Clément Luccioni (Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Lab’urba – HafenCity Universität Hamburg) – Hospitalité et inégalités : la place des rapports de domination dans l’hébergement privé solidaire de personnes “réfugiées”

Pauline Picot (Université Paris VII, URMIS – Université Paris-Est Créteil, LIRTES) – Qui fait quoi, quoi fait qui ? Observer la division du travail militant pour saisir l’actualisation des rapports sociaux en situation

Être dominé·e·s, une condition contestable ? Formes de résistance et stratégies d’adaptation (15h30 – 17h45)

Loréna Clément (Université Paris Nanterre, LAVUE) – Remettre en cause le terme “dominé” à partir de l’étude des entrepreneurs des quartiers prioritaires

Cyrine Gardes (EHESS, Centre George Simmel – Université Toulouse Jean Jaurès) – Les articulations au travail. Genre, classe, race dans les magasins de bricolage low-cost

Emma Peltier (Université Paris-Est Marne-la-Vallée, LVMT) – Penser la dimension spatiale de l’intersectionnalité. Le cas des mobilités des familles roms en bidonville

Salle D2 034, ENS de Lyon – Site Descartes

L’événement est ouvert à tous et toutes et gratuit. Inscription nécessaire pour les personnes extérieures à l’ENS de Lyon au lien suivant : https://www.eventbrite.fr/e/billets-journee-detude-croiser-les-dominations-ens-de-lyon-73409135701

JE#4 – AAC Croiser les dominations : des aspérités du terrain aux défis de l’interprétation

Pour notre quatrième journée d’étude qui aura lieu le 18 octobre 2019 à l’ENS de Lyon, nous lançons un appel à communications. N’hésitez pas à nous envoyer vos propositions !

Télécharger l’appel en format PDF : AAC – Croiser les dominations – Des aspérités du terrain aux défis de l’interprétation

De Karl Marx à Pierre Bourdieu, en passant par Max Weber, l’analyse des rapports de domination est devenue un thème incontournable des sciences sociales. Si, classiquement, elle est définie par Weber comme « la chance pour des ordres spécifiques (ou pour tous les autres), de trouver obéissance de la part d’un groupe déterminé d’individus » [Weber, 1995 (1921), p. 95], les usages scientifiques de ce terme excèdent aujourd’hui cette acception. Il est plutôt devenu la pierre angulaire de différents paradigmes visant à rendre compte de rapports sociaux inégalitaires. Ces rapports de pouvoir sont saisis à travers des schèmes explicatifs sans cesse complexifiés. Ainsi, une grande partie des travaux contemporains mobilisent le triptyque « classe, genre, race » pour analyser les conditions de dominant·e·s et de dominé·e·s, afin d’affiner la caractérisation des rapports de force qui traversent le monde social. Le champ d’étude des dominations est vaste et divers ; il peut renvoyer à des méthodologies et échelles d’observation allant de la (re)production des rapports de pouvoir [Marx 2008 (1867) ; Weber 1995 (1921) ; Bourdieu, 1979], à leurs articulations [Crenshaw, 1989 ; Guillaumin, 1992 ; Balibar et Wallerstein, 1997 ; Pfefferkorn, 2007 ; Dorlin, 2009 ; Kergoat, 2012] et enfin, à celle de relations de pouvoir, de l’expérience subjective de la domination et des stratégies que les individus dominés déploient pour y échapper (résistances, émancipations, agency, etc.) [Butler, 1997 ; Poiret, 2005 ; Scott, 2009 ; Kergoat, 2012 ; Oeser, 2015]. Si l’étude des dominations irrigue l’ensemble des sciences sociales, ce sont précisément les rapports de domination imbriqués, tels qu’ils se manifestent au cours de l’enquête qualitative, qui retiendront notre attention lors de cette journée d’étude.

Si ce thème fait actuellement couler beaucoup d’encre d’un point de vue épistémologique et politique – l’on pense à la controverse scientifique sur la notion d’intersectionnalité1 et à l’inflation du nombre d’articles et de journées d’études consacrés à la notion –, c’est du côté des difficultés et choix méthodologiques que nous plaçons le questionnement. En effet, sur leurs terrains, les chercheur·e·s en sciences sociales sont fréquemment confronté·e·s à des acteur·rice·s soumis·e·s à des dominations conjuguées et entremêlées. Cependant, au moment de les caractériser, d’évaluer les processus qui les informent, et de leur affecter un « poids » relatif, de potentielles apories émergent.

Axe 1 – Des difficultés méthodologiques…

Il convient d’abord de s’interroger sur la pertinence d’une imputation déductive de la place occupée par l’individu dans un rapport de domination, imputation qui serait fondée sur des caractéristiques socio-démographiques générales. En effet, nos présupposés sociologiques influencent notre regard sur le terrain : notre prisme d’observation peut reposer sur divers postulats à propos du positionnement des un·e·s comme dominé·e·s et des autres comme dominant·e·s. Si cette imputation est légitime du point de vue des données agrégées que les sciences sociales ont produit sur ces groupes, elle risque de conduire à une lecture simpliste des situations, voire à une occultation des variables en jeu. Car la grande difficulté réside dans l’acte même de repérage des dominations à l’œuvre. Plus précisément : sur quels critères, sur quels indices empiriques se fonde-t-on pour décréter qu’un individu est dominé ? S’il s’agit d’un postulat à associer a priori à certains groupes (les classes populaires, les personnes racisées, les femmes, les minorités sexuelles et de genre, les personnes en situation de handicap, etc.), ne s’expose-t-on pas au risque de confiner les individus dans des catégories et les réduire ainsi à des « individu[s] métonymique[s] » [Dorlin, 2009, p. 9], reconduisant ainsi des formes d’altérisation, stigmatisation et domination ? D’ailleurs, un individu a priori dominé l’est-il toujours et en tous lieux ? Comment s’assurer de prêter suffisamment attention aux éléments des différents contextes dans lesquels évoluent les individus ? À l’inverse, si l’on adopte une posture d’inductivisme naïf, ne peut-on parler de domination que lorsque l’on observe, en contexte ethnographique, des dynamiques de pouvoir très explicites dans l’interaction, comme l’obéissance directe à un ordre ? Concrètement, il est possible de se fonder sur divers indices, tels que l’occupation de l’espace de parole (dynamique des interactions – silences, précautions autour d’un stigmate par exemple), la réaction sociale différenciée à la transgression, des manifestations de violence physique et verbale, l’interdiction récurrente à des ressources et des privilèges, ou encore la relégation spatiale. Dès lors, comment éviter l’interprétation subjectiviste, voire la surinterprétation d’un détail de l’interaction ? Comment opérer l’aller-retour entre ces grandes catégories de la domination et les petits détails surgissant au cours de l’observation, sans en faire de simples « effets de réel » [Barthes, 1968] illustratifs de ces dominations posées a priori ?

Il s’agit donc d’interroger un cela-va-de-soi souvent de mise dans les opérations d’imputation auxquelles nous procédons en tant que chercheur·e·s en sciences sociales. Cependant, et c’est là le cœur de notre questionnement, nous nous demanderons en outre comment interpréter et problématiser la discordance entre le statut supposé « dominé » et une attitude apparemment « dominante » dans l’interaction. Comment résoudre, dans la nuance, ces apparentes contradictions – ou du moins, comment les intégrer dans l’explication scientifique ? On pourra notamment s’appuyer sur Danièle Kergoat qui distingue le « rapport social » (conflit qui construit deux groupes sociaux à l’échelle macrosociologique) et la « relation sociale » (interaction entre individus, certes construits par ces rapports sociaux, mais qui, à l’échelle microsociologique, ne reproduit pas nécessairement les rapports sociaux inégalitaires) [Kergoat, 2012].

Par ailleurs comment renseigner empiriquement les modalités d’articulation entre les différentes variables ? Sur quels critères s’appuyer pour rapporter telle action à telle variable, et est-il seulement possible de les distinguer empiriquement ? Ce qui s’est révélé très fructueux dans la construction analytique première et/ou la formulation d’hypothèses peut laisser le ou la chercheur·e dans un certain désarroi lorsqu’il ou elle fait son terrain. Aussi les difficultés rencontrées sur le terrain, tout comme les recompositions des formulations et des analyses à l’épreuve de l’empirie, nous intéressent-elles particulièrement.

En outre, les enquêté·e·s adoptent des lectures et des stratégies différenciées vis-à-vis de leur position dans l’espace social, et leur perception de leur place dans le monde diverge parfois des conclusions qu’en tirent les chercheur·e·s. Que faire, donc, de la parole des dominé·e·s dans l’appréhension des dominations ? S’intéresser aux processus de dominations supposerait-il une certaine méthodologie, éminemment qualitative, attentive à la « parole minoritaire » [Poiret, 2005] autant qu’à des situations d’interactions ? Dans quelle mesure peut-on valider une interprétation d’une situation de domination qui serait à l’exact opposé de l’expérience subjective des enquêté·e·s ? Il est possible de traiter ces divergences en termes de rationalisation, d’illusion ou de pragmatisme de la part des intéressé·e·s, mais la question reste entière de savoir comment on l’intègre dans l’explication. Plutôt que de conclure à un « déni de domination » de la part des individus, dans quelle mesure peut-on prolonger l’analyse en appréhendant les conditions de possibilité d’une telle représentation de la domination, en amont de la situation observée ? La réinscription dans une trajectoire biographique permet-elle de donner des éléments de compréhension, lorsque la situation d’arrivée constitue une promotion objective et subjective par rapport à l’ancienne [Avril, 2014] par exemple ? En somme, les interventions pourront interroger la dialectique entre analytique et phénoménologie de la domination [Dorlin, 2009].

Axe 2 – … aux constructions analytiques et appareillages théoriques

L’analyse de l’articulation des rapports de domination ne peut faire l’économie d’une réflexion sur le cadre conceptuel permettant de la penser. Si le concept d’intersectionnalité apparaît aujourd’hui comme un outil majeur pour penser ces articulations, il fait l’objet de vives discussions. Celles-ci peuvent concerner la portée et l’intérêt théorique du concept, conduisant parfois à lui dénier le statut de « grande théorie » (auquel il n’a pourtant jamais prétendu [Crenshaw, 2016]), ou au contraire ses prétendus mésusages. De plus, certains usages en seraient venus à galvauder ce terme, diluant une acception originelle qui recouvrait les imbrications des rapports de pouvoir ; il s’avérerait ainsi faussement fédérateur [Galerand et Kergoat 2014, à partir de Collins 2012]. Il nous paraît dès lors important de dénouer les significations attribuées au concept, ainsi que les emplois qui en sont faits, pour comprendre au mieux les situations qu’il permet de saisir. Par ailleurs, il serait intéressant de revenir sur les motifs d’une préférence pour d’autres concepts propres à appréhender les rapports de pouvoir. En effet, d’autres notions peuvent être employées, entre autres : interconnectivité des oppressions de sexe, de race et de classe [Hooks, 1984], consubstantialité et co-extensivité [Kergoat, 2012], imbrication, articulation, coproduction [Fassa, Lépinard, Escoda, 2016], co-formation [Bacchetta, 2015] ou encore circulation [Guénif-Souilamas, 2000]. Il s’agirait ici de discuter ces notions pour en dégager les apports heuristiques spécifiques, sans pour autant les mettre en concurrence. En ce sens, ce sont plutôt les (re)positionnements théoriques au regard des objets et situations analysés qui sont attendus.

L’un de ces repositionnements peut relever du choix même des variables à articuler ; en effet, celles-ci peuvent excéder le triptyque « classe, genre, race ». Ainsi, non seulement les rapports sociaux qui produisent ces trois catégories varient en fonction des contextes [Yuval-Davis, 2015]2, et l’analogie entre ceux-ci est à manier avec prudence, mais on peut envisager d’ériger d’autres variables comme décisives dans l’explication scientifique : âge, lieu de résidence, handicap physique, mental ou psychique, sexualité, morphologie, etc. Helma Lutz et Norbert Wenning [2001] ont distingué jusqu’à treize catégories auxquelles prêter attention en fonction des contextes. Il s’agit donc d’interroger des questions-clés, dans un aller-retour entre terrain et théorie : lorsqu’on fait la sociographie d’un groupe au carrefour de ces catégories, les rapports sociaux les plus structurants s’exercent-ils sur les individus de manière analogique ou additionnelle ? Au contraire, leurs effets s’annulent-ils entre eux, se contredisent-ils, sont-ils hiérarchisés – et comment le renseigner empiriquement ? Par ailleurs, comment rendre compte très concrètement des recompositions de ces appartenances multiples au fil d’une trajectoire individuelle ou d’une génération à l’autre ? Enfin, puisque la domination est un phénomène complexe et multiforme, on pourra par exemple se demander si le fait d’investir une domination au détriment d’une autre ne peut pas être une forme de résistance, de stratégie ou d’adaptation de la part des individus dominés. Ces derniers ne tendent-ils pas à compenser les dominations qu’ils subissent en devenant eux-mêmes dominants dans d’autres champs ?

Axe 3 : Penser les dominant·e·s, spécifier l’universel

Si l’étude multifocale des rapports de pouvoir est au centre de nombreux écrits des sciences sociales, une rapide revue de la littérature permet de voir que les textes centrés sur des « sujets “hyper-opprimés” » [Carastathis, 2008] sont prédominants (et que des individus « majorisés » ne sont, la plupart du temps, pas étudiés en tant que tels). Le classique triptyque « classe – genre – race » tend à se confondre avec « pauvre – femme – personne non-blanche ». Au bout du compte, on aurait donc formé un sujet intersectionnel, alors même que la notion d’intersectionnalité visait à une dés-essentialisation et un affinement des outils critiques des dynamiques plurielles de domination. Ce faisant, on « reprodui[rai]t l’impensé » [Dorlin, 2009] : les catégories « homme », « blanc » et « élite » sont comparativement délaissées en sciences humaines et sociales, et restent hors du champ de pensée des scientifiques comme des enquêté·e·s. À quelques exceptions près, la « transparence sociale » [Dorlin, 2009] dont jouissent certains groupes se perpétuerait donc malgré l’apport de ce nouveau cadre méthodologique.

En France, les travaux sur les dominants sont rares mais ont marqué les esprits, qu’il s’agisse de ceux de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, spécialistes de la grande bourgeoisie et de l’oligarchie française – qui se qualifient eux-mêmes de « moines bénédictins3 » pour pointer leur situation marginale dans le champ des études sociologiques des dominations –, ou de Pierre Lascoumes étudiant la délinquance en col blanc contemporaine [Lascoumes, 2014]. Cependant, ces populations sont souvent saisies à travers le prisme unique de la classe (incluant la profession, le patrimoine, les capitaux économiques et culturels afférents). D’autres travaux ont quant eux interrogé la masculinité [Gourarier, 2017 ; Connell, 2012 (1995)], l’hétérosexualité [Wittig, 2007], la « blanchité » ou la « condition blanche » [Cervulle, 2013 ; Laurent et Leclère, 2013]4, développant une analyse en termes de privilèges ou avantages. Le décentrement du « pôle dominé » permet ainsi d’élargir le champ d’étude de la domination, au-delà d’une mise en évidence des discriminations.

Par ailleurs, on pourrait s’interroger sur les formes que prendraient des dominations multiples du côté des dominant·e·s : comment en objectiver les manifestations ? Une sociologue américaine a par exemple récemment analysé des socialisations d’enfants de 10 à 13 ans appartenant à des familles américaines blanches aisées du Midwest pour comprendre ce qui mène ou non à la prise de conscience de leur double privilège de race et de classe [Hagerman, 2018]. Selon elle, l’expression du privilège se caractérisait par le déni de celui-ci (le racisme n’existerait plus depuis l’abolition de la ségrégation), et serait marqué par un implicite présent dans le choix des écoles (mixtes ou non-mixtes racialement et socialement), des loisirs et des camarades invité·e·s aux anniversaires. Là où l’implicite règne en maître dans les discours, l’analyse ethnographique ne constitue-t-elle pas l’outil privilégié pour identifier « par le haut » les mécanismes de domination ? Plus généralement, on pourra interroger la figure des « superdominant·e·s » : jouent-ils et elles dans différents contextes sur différentes variables de dominations, ou bien est-ce le cumul de variables qui donne lieu à des dominations spécifiques et / ou plus fortes dans la mesure où elles se renforcent entre elles ?

*****

Pour conclure, nous partons du principe que, si les possibles discordances entre les postulats du ou de la chercheur·e et les réalités du terrain interpellent au premier abord, elles ne doivent pas être occultées parce qu’incompatibles avec les grilles d’analyse préexistantes. Au contraire, elles questionnent tout aussi bien l’évolution des structures sociales que la complexité des parcours individuels. Les contributions proposées devront ainsi décrire des situations rencontrées sur le terrain (lors d’observations ou d’entretiens), puis exposer les interrogations qu’elles ont suscitées et les éventuels bricolages réalisés pour y faire face. Elles permettront d’évaluer, à l’appui d’anecdotes empiriques, dans quelle mesure les sciences sociales peuvent expliciter les tensions au cœur des processus de domination croisés.

1. Pour un aperçu du débat et de ses enjeux, voir le dossier « Intersectionnalité », coordonné par Abdellali Hajjat et Silyane Larcher dans la revue Mouvement [2019].

2. Nira Yuval-Davis rappelle ainsi avec son concept d’ « intersectionnalité située » l’importance majeure de la prise en compte des contextes géographiques, sociaux et temporels dans l’étude des rapports sociaux, pointant la manière dont des catégories particulières de division sociale ont des significations et des conséquences différentes selon les espaces (translocality), les échelles (transcalarity) et les périodes (transtemporality) considérés.

3. Monique Pinçon-Charlot, « Le Facteur temps », émission animée par Fabrice Drouelle, vendredi 29 mars 2019, deuxième épisode, 54 minutes (https://www.franceinter.fr/emissions/affaires-sensibles/affaires-sensibles-29-mars-2019)

4. On peut aussi mentionner la journée d’études « La condition blanche. Réflexion sur une majorité française », qui s’est tenue le 29 juin 2018 à l’EHESS.

Modalités de soumission

Les propositions, pour des communications de 20 minutes, devront comporter un titre, un résumé qui mentionnera explicitement le matériel empirique mobilisé (3000 caractères maximum) ainsi qu’une rapide présentation de l’auteur·e, le tout ne devant pas dépasser une page. Elles sont à envoyer jusqu’au 31 juillet inclus à h.galiby@gmail.com, marlene.bouvet@ens-lyon.fr, theoxane.camara@ens-lyon.fr et florent.chossiere@u-pem.fr. Le retour sur les propositions sera notifié dans la dernière semaine d’août. Les propositions de toutes les disciplines des sciences sociales sont les bienvenues.

Comité d’organisation

Marlène Bouvet, doctorante en sociologie, ENS de Lyon, Centre Max Weber

Théoxane Camara, doctorante en sociologie, Université de Poitiers, Gresco

Florent Chossière, doctorant en géographie, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs

Laurie-Anne Galiby, diplômée du Master Inégalités et Discriminations en sociologie, Université Lyon 2 et IETL

Bibliographie

AVRIL Christelle, Les Aides à domicile. Un autre monde populaire, Paris, La Dispute, 2014.

BACCHETTA Paola, « Décoloniser le féminisme : intersectionnalité, assemblages, co-formations, co-productions », Les cahiers du CEDREF, n° 20, 2015.

BALIBAR Étienne et WALLERSTEIN Immanuel, Race, nation, classe. Les identités ambiguës, La Découverte, 1997 (1988).

BARTHES Roland, « L’effet de réel », Communications, n°11, « Recherches sémiologiques. Le vraisemblable », p. 84-89, 1968.

BOURDIEU Pierre, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

BUTLER Judith, The Psychic Life of Power: Theories in Subjection, Stanford, Stanford University Press, 1997.

CARASTATHIS Anna, « The invisibility of privilege. A critique of intersectional models of identity » , Les Ateliers de l’éthique/The Ethics Forum, n°2, p. 23 – 36, 2008.

CERVULLE Maxime, Dans le blanc des yeux : diversité, racisme et médias, Paris, Éditions Amsterdam, 2013.

COLLINS Patricia Hill, Lost in translation. Black Feminism, intersectionnalité et justice, conférence présentée au 6ème Congrès international des recherches féministes francophones, Université de Lausanne, 28 août 2012.

CONNELL R. W., Masculinities: Knowledge, Power and Social Change, Berkeley, University of California Press, 2012 (1995).

CRENSHAW Kimberlé, « Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics and Violence against Women of Colour », in FINEMAN Martha et MYKITIUK Rixanne (dir.), The Public Nature of Private Violence, p. 93 – 118, 1994.

CRENSHAW Kimberlé, « Les “voyages de l’intersectionnalité” », trad. Aurélie Cailleaud, in ESCODA Marta Roca, FASSA Farinaz et LÉPINARD Éléonore (dir.), L’intersectionnalité : enjeux théoriques et politiques, Paris, La Dispute, p. 29-51, 2016.

DORLIN Elsa (dir.), Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, PUF, 2009.

ESCODA Marta Roca, FASSA Farinaz et LÉPINARD Éléonore (dir.), L’intersectionnalité : enjeux théoriques et politiques, Paris, La Dispute, 2016.

GALERAND Elsa et KERGOAT Danièle, « Consubstantialité vs intersectionnalité ? À propos de l’imbrication des rapports sociaux », Nouvelles pratiques sociales, vol. 26, no 2, p. 44‑61, 2014.

GOURARIER Mélanie, Alpha mâle. Séduire les femmes pour s’apprécier entre hommes, Paris, Seuil, 2017.

GUÉNIF-SOUILAMAS Nacira, Des « beurettes » aux descendantes d’immigrants nord-africains, Paris, Grasset, 2000.

GUILLAUMIN Colette, Sexe, Race et Pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté Femmes, 1992.

GUILLAUMIN Colette, « Pratique du pouvoir et idée de Nature », Questions Féministes, n° 2 et 3, p. 5-30, 1978.

HAGERMAN Margaret, White Kids: Growing Up with Privilege in Racially Divided America, New York, New York University Press, 2018.

HAJJAT Abdellali et LARCHER Silyane (coord.), « Intersectionnalité », Mouvements, 2019.

HOOKS Bell, De la marge au centre : théorie féministe, trad. Noomi B. Grüsig, Cambourakis, 2017 (1984).

KERGOAT Danièle, Se battre, disent-elles, Paris, La Dispute, 2012.

LAURENT Sylvie et LECLÈRE Thierry (dir.), De quelle couleur sont les Blancs ? Des « petits Blancs » des colonies au « racisme anti-Blancs », Paris, La Découverte, 2013.

LUTZ Helma et WENNING Norbert, « Differenzen über Differenz – Einführung in die Debatten », in Helma LUTZ et Norbert WENNING (dir.), Unterschiedlich verschieden. Differenz in der Erziehungswissenschaft, Opladen, Leske und Budrich, p.11-24, 2001., 2001.

MARX Karl, Le Capital, Gallimard, 2008 (1867).

OESER Alexandra, « Penser les rapports de domination avec Alf Lüdtke », Sociétés contemporaines, n°99-100, 2015.

PFEFFERKORN Roland, Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, Paris, La Dispute, 2007.

POIRET Christian, « Articuler les rapports de sexe, de classe et interethniques : quelques enseignements du débat nord-américain », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 21, n° 1, p. 195-226, 2005.

SCOTT James C., La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Éditions Amsterdam, 2009.

WEBER Max, Économie et société, Paris, Agora, 1995 (1921).

WITTIG Monique, La Pensée Straight, Paris, Éditions Amsterdam, 2007.

YUVAL-DAVIS Nira, « Situated Intersectionality and Social Inequality », Raisons politiques, n°58, p. 91‑100, 2015.

Ateliers méthodologiques #4 : Faire l’histoire des oublié-es de l’histoire : sources et méthodes

 

Le laboratoire Altérités, Marginalités, Catégorisations organise le 20 mai son quatrième atelier méthodologique : “Faire l’histoire des oublié-es de l’histoire : sources et méthodes“. Il s’agira de centrer l’investigation sur les sources et les méthodes grâce auxquelles l’historien-ne peut connaître des figures et des groupes sociaux qui autrement risqueraient de demeurer dans l’oubli. Comment repérer ces groupes sociaux à la lumière des matériaux utilisés classiquement pour écrire l’histoire ? Comment mobiliser des sources jusqu’alors peu ou pas exploitées ?


Le programme sera le suivant :

Romain Chevalier (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse) : « Les sources royales de la bâtardise à la fin du Moyen Age : entre exclusion structurelle et promotion sociale individuelle ».

La documentation conservée dans les archives royales françaises de la fin du Moyen Age permet d’exhumer le destin des bâtards, ces êtres diminués juridiquement et souffrant d’une macule symbolique. À travers une typologie documentaire originale, il est possible d’étudier les soubassements structurels qui organisent cette exclusion sociale des enfants nés hors mariage. Cependant, certaines sources royales conduisent également à une certaine promotion sociale des bâtards et même à ce que l’historiographie a appelé « un essor des bâtards nobles ». Cette communication aura donc pour ambition de présenter rapidement ces différents types de sources, puis d’analyser les processus sociaux et politiques à l’œuvre derrière cette relation tissée entre la royauté et une population aussi hétéroclite que les bâtards aux XIVe et XVe siècles.

 

Maria Goupil-Travert (ENS de Lyon) : « Les femmes soldats, grandes oubliées de la Révolution (1789-1815) : les sources administratives au service de l’histoire du genre ».

Les sources administratives sont des sources privilégiées dans l’étude des groupes sociaux n’ayant pas accès à l’écriture. C’est le cas des femmes soldats dans les armées de l’époque révolutionnaire (1789-1815), qui font appel à des notaires pour constituer les dossiers de demandes de pension à la fin de leur service. Interdites dans l’armée, ces femmes ont bien souvent recours au travestissement pour pouvoir se faire enrôler. Les dossiers de demande de pension, qui contiennent le récit de leur passage dans l’armée, apportent donc de précieuses informations sur leur expérience du monde militaire en tant que femmes : quelles sont les raisons qui les poussent à s’engager malgré l’interdiction ? À quelles contraintes font-elles face en tant que femmes dans un espace monopolisé par les hommes ? Comment l’expérience militaire contribue-t-elle à questionner les identités genrées ?

 

François-René Julliard (Université Clermont-Auvergne) : « Avant la piste aux étoiles : connaître les premiers athlètes olympiques africains-américains (1896-1936) ».

Les quarante premières années des Jeux olympiques modernes se caractérisent par leur forte homogénéité sociale, sexuelle et, ce qui nous intéresse plus particulièrement ici, raciale. Dans ce cadre, les sportifs africains-américains font figure d’exceptions, voire, dans un vocabulaire et une perspective plus romantiques, de pionniers. Présents en faible nombre, ils demeurent mal connus malgré des performances parfois remarquables. Il s’agit ici de se demander comment il est possible d’obtenir des renseignements sur eux.

 


Chaque intervention sera suivie d’un temps d’échanges et de discussions. L’atelier est bien entendu ouvert à toutes et à tous. Il aura lieu de 14h à 16h30, en salle D2 115 à l’ENS de Lyon (site Descartes).

 

 

JE#3 : Stigmates : faire avec, faire face

 

Dans le prolongement des réflexions engagées lors de notre précédent évènement consacré aux processus d’altérisation, nous souhaitons désormais placer la focale sur la manière dont les individus et groupes marqués du sceau d’un stigmate, compris comme « attribut qui jette un discrédit profond » (Goffman, 1975) gèrent cette situation de stigmatisé.e.s. Ainsi, si c’est bien « en termes de relations et non d’attributs qu’il convient de parler » (Goffman, 1975) pour appréhender le stigmate, ou plutôt donc la stigmatisation, il nous paraît important d’analyser le rôle que joue la personne marquée du stigmate dans ce processus de stigmatisation par ses différentes façons de se positionner par rapport à ce-dernier. Le thème de cette troisième journée d’étude du laboratoire junior Altérités s’articulera donc autour de la tension entre « faire avec » et « faire face » à la stigmatisation.


De la stigmatisation aux réactions au stigmate

En ce qu’elle est un rapport négocié, la stigmatisation gagne à ne pas être analysée seulement du point de vue des « normaux » (Goffman,1975). Il faut également prendre en compte la manière dont les individus font avec la situation de stigmatisé.e.s. Or, les attitudes adoptées par ces derniers sont nombreuses et diverses. On pourrait dans un premier temps s’interroger sur la possibilité d’établir une typologie de réactions. Mais sur quels critères la fonder ?

Le type d’attribut générant le stigmate peut-il constituer un critère de classement pertinent ? On peut par exemple ici reprendre la distinction opérée par Goffman entre l’individu « discrédité.e » et l’individu « discréditable », selon que l’attribut est immédiatement perceptible ou non : une incarcération passée, une orientation sexuelle, la couleur de la peau, une cicatrice, ou encore le port d’un tatouage pouvant indiquer l’appartenance à un groupe sont autant d’attributs qui évoquent une visibilité différente du stigmate. A l’échelle de l’individu, toute une série de pratiques émergent qui représentent autant de façons de gérer l’information de son stigmate, de la dissimulation totale à la gestion méticuleuse de celle-ci, en passant par des pratiques de passing, consistant à se faire passer pour membre d’un groupe social auquel on n’appartient pas. Il s’agit ainsi pour l’individu de jouer sur différents registres de présentation de soi selon le groupe social dans lequel il évolue. La  dissimulation d’une “information destructive” qui révélerait l’écart à la norme sociale dominante et/ou l’adoption de certains codes ou pratiques sont alors au coeur de ces pratiques de jeu de rôle (Goffman, 1973). Certaines configurations renforcent les effets du stigmate et le discrédit vécu par ceux qui le portent. On pourra alors s’interroger sur les effets d’une superposition des formes de marginalisation, lorsqu’à une marginalisation sociale s’ajoute par exemple une marginalisation spatiale (prisons, « banlieues », certains espaces ruraux) ou encore lorsqu’on assiste à une superposition de stigmates : être noir et homosexuel, être issue d’un peuple autochtone et être femme. Comment gère-t-on les stigmates dans ce type de configurations ?

Peut-on alors envisager la forme de la stigmatisation et l’intensité de la discrimination vécue comme paramètres d’étude des réactions à la stigmatisation ? La haine de soi, la discrimination ordinaire ou encore l’atteinte à l’intégrité physique sont autant de formes que peut prendre la stigmatisation et qui peuvent donner lieu à des stratégies de résistance différenciées.

Enfin, quelle place faire aux formes et pratiques adoptées par les stigmatisé.e.s, individuellement ou en groupe, pour répondre au discrédit vécu ? Les stratégies à adopter sont loin de faire consensus au sein du groupe des stigmatisé.e.s et chacun.e peut se positionner différemment par rapport à la stigmatisation qu’il ou elle peut subir. A la volonté d’occulter la différence qui fonde le stigmate, pour se faire une place dans la société, peut répondre la volonté d’être accepté.e avec son stigmate, voire dans certains cas, d’être accepté.e pour son stigmate en lui attribuant une certaine valeur dans une logique de renversement.


Politiques de la « déstigmatisation » : faire face

Cette dernière opposition amène à s’interroger sur les enjeux politiques qui sous-tendent ces stratégies. Faire face à la stigmatisation, est-ce chercher les moyens de se détacher de l’attribut responsable du discrédit ? Entre dissimulation du stigmate et tentatives d’effacement du caractère discréditable de la marque, il s’agira de s’interroger sur la manière dont différents groupes se positionnent et comment cela influence leurs actions. Plus généralement, ce débat quant à la stratégie à adopter pour faire face à la stigmatisation pose au fond la question de la gestion de la différence dans la société, entre assimilationnisme et différentialisme.

Le groupe dominant conserve cependant un ascendant en qualifiant de plus ou moins légitime telle ou telle stratégie de résistance. Pour ce faire, plusieurs types de discours qu’il conviendrait d’analyser peuvent être mobilisés, à l’instar du spectre rhétorique du « communautarisme ». Il convient donc d’aborder également les obstacles que peuvent rencontrer les réactions à la stigmatisation. De plus, conceptualiser la stigmatisation en termes de rapports de domination invite à se pencher sur la question des résistances, comme le rappelle Foucault : “là où il y a pouvoir, il y a résistance” (1976). Au-delà d’un répertoire d’actions, la résistance peut être considérée également comme un registre de discours, formulé par certain.e.s acteurs et actrices selon le contexte. Qu’est-ce qui relève de la résistance ? Qui est légitime, ou du moins qui se présente comme tel, pour en juger ? Par exemple, les stratégies d’invisibilisation du stigmate peuvent-elle être considérées comme une forme de résistance ou bien relève-t-elle d’une intériorisation des rapports de domination ?

La question de la légitimité des formes d’actions mobilisées pour lutter contre la stigmatisation incite également à s’interroger sur les voix mobilisées pour faire face à la stigmatisation. Qui parle pour qui ? Qui est présenté.e comme légitime pour faire face à la stigmatisation ? Se pose la question des porte-paroles, des représentant.e.s des stigmatisé.e.s. Le questionnement peut d’abord porter sur la façon dont peuvent être accepté.e.s les « initié.e.s » (Goffman, 1975), ces personnes non-stigmatisées mais proches des stigmatisé.e.s et de leurs préoccupations, et sur le rôle stratégique ou au contraire problématique qu’ils peuvent jouer dans le débat public. Il convient également de se poser cette question au sein du groupe des stigmatisé.e.s. L’émergence du concept d’intersectionnalité (Crenshaw, 1991) a notamment été liée à la nécessité de prendre en compte la diversité des situations au sein d’un groupe de personnes marginalisées, afin de s’assurer que la vision véhiculée par ses « représentants » n’invisibilise pas certaines situations spécifiques résultant du croisement de différents facteurs de marginalisation. On peut donc s’interroger sur les modalités d’émergence des groupes qui se sont constitués pour intervenir dans le débat public afin de faire face à des stigmatisations. Cela amène par conséquent à une définition nécessaire des arènes du débat public où l’existence politique des groupes stigmatisés est considérée comme légitime : pour envisager d’être entendu, il faut d’abord avoir le droit de parler. L’existence légale du groupe est-elle autorisée ? Existe-t-il une sphère publique, une arène de débat où les voix des stigmatisé.e.s peuvent s’exprimer ? Dans quelle mesure l’enjeu des résistances ou des luttes pour un droit à la différence est-il d’ouvrir de nouveaux espaces de débat ?


Faire avec le stigmate, faire avec la catégorisation

Si la question du choix des représentant.e.s parmi les stigmatisé.e.s s’avère si sensible, c’est notamment parce que la stigmatisation relève d’un processus de catégorisation qui conduit à ce qu’un.e stigmatisé.e soit constamment perçu.e comme seul.e représentant.e de l’ensemble de ses congénères partageant le même stigmate. On peut ainsi rappeler les propos de D. Eribon à propos des homosexuels : « un “pédé”, pour le regard social dominant, pour la société hétérosexiste et homophobe, ce n’est rien d’autre qu’un “pédé”, en même temps qu’un “pédé” c’est tous les “pédés” à la fois et toute l’homosexualité » (Eribon, 2001). Toute gestion du stigmate s’inscrit donc dans la gestion du processus plus global de la catégorisation.

Premier avatar de la catégorisation, la dénomination s’avère centrale dans les processus de stigmatisation. Nommer un individu en mentionnant son stigmate lui rappelle son positionnement à part dans l’espace social tout en l’essentialisant au seul prisme de l’attribut qui le discrédite. Rien d’étonnant alors dans le fait que toute réflexion sur la façon de gérer une situation de stigmatisation intègre rapidement l’enjeu de la dénomination. C’est par exemple le cas avec la tentative de normaliser le recours à des termes moins offensants ou au contraire la réappropriation des injures pour s’auto-désigner, permettant notamment de désamorcer l’enfermement et la violence qu’elles provoquent. Comment intégrer ces enjeux de dénomination dans les stratégies pour faire face aux stigmatisations ? De quoi peuvent être révélateurs les choix de telle ou telle stratégie en la matière ? Peut-on nommer la différence sans assigner à identité ?

Ces questionnements sur les stratégies dénominatives à adopter pour faire face à la stigmatisation cristallisent en fait la difficulté de se positionner par rapport au processus de catégorisation à l’origine de la stigmatisation. Le coeur de cette difficulté s’exprime dans la tension qui existe dans le fait d’utiliser les catégories issues de la stigmatisation afin d’y faire face. Les débats suscités par les politiques de quotas ou le recours à des statistiques « ethniques » ont pu illustrer cette tension. Dès lors, comment se positionner et quelles stratégies adopter face à cela, que ce soit à l’échelle de l’individu stigmatisé ou à celle du groupe d’action structuré ?


Après deux rencontres consacrées d’une part aux concepts mobilisés pour dire la différence et d’autre part à l’analyse des processus de fabrique de l’altérité et de la marginalité, le laboratoire junior Altérités propose donc pour sa troisième journée d’étude d’ouvrir la réflexion sur les différentes manières de “faire avec” la marginalisation. En envisageant la journée comme une rencontre entre universitaires et militant.e.s, elle aura pour objectif de faciliter le dialogue entre deux univers entretenant des relations complexes et construisant des savoirs différents.

Références
  Crenshaw, K., 1991,”Mapping the margins: Intersectionality, identity politics, and violence against women of color” Stanford Law Review, 1991, p. 1241-1299.
  Eribon, D., 2001, Une morale du minoritaire. Variations sur un thème de Jean Genet, Fayard.
  Foucault, M., 1976, Histoire de la sexualité (Tome 1), La volonté de savoir, Gallimard.
  Goffman, E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne (tome 1), La présentation de soi, Éditions de Minuit.
  Goffman, E. 1975, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Éditions de Minuit.

L’évènement est accessible à toutes et à tous. Pour les personnes n’étant pas étudiant.e.s ou membres de l’École Normale Supérieure de Lyon, il est cependant nécessaire de s’inscrire ici.

Appel à communications réalisé par  : Florent Chossière, Marine Duc et François-René Julliard

Crédits affiche : Marine Duc

Théâtre et philosophie – Corps en scène : marginalisation et subversion

Cette séance de réflexion envisage le théâtre comme un outil méthodologique pour appréhender et comprendre les corps altérisés, marginalisés et catégorisés. Nous recevrons Arianna Sforzini, docteure en philosophie et spécialiste de Michel Foucault, puis Marie Astier, qui travaille sur la représentation esthétique et politique du handicap sur la scène contemporaine française.

 

« Scènes de corps révoltés. Le théâtre philosophique foucaldien comme instrument herméneutique et politique » – Arianna Sforzini

Dans sa thèse Scènes de la vérité. Michel Foucault et le théâtre, soutenue en 2015 et récemment publiée, Arianna Sforzini propose de concevoir le théâtre comme un instrument de conceptualisation philosophique. La philosophie de Michel Foucault peut ainsi, selon Sforzini, être comprise à travers le prisme du théâtre, tant elle développe différentes « scènes » de vérité dans le cadre de ses différentes histoires philosophiques.
En tant qu’opérateur philosophique, le théâtre n’est à entendre ni en un sens théâtrologique (le théâtre dramatique et scénique), ni en un sens métaphorique (le theatrum mundi, la scène comme métaphore de la société, dans lequel chacun joue le rôle qui correspond à sa fonction), mais comme double du réel : le théâtre philosophique foucaldien, dans le même mouvement de redoublement et duplication, permettrait en effet de mettre en scène (et donc de révéler) les mécanismes de normalisation et les possibilités de résistance.
Retracer les scènes de corps révoltés, c’est utiliser le théâtre comme instrument subversif capable de dédoubler le réel pour en faire apparaître les failles. C’est montrer que les corps qui font l’objet du pouvoir et que le pouvoir catégorise et marginalise – qu’il s’agisse des corps des « malades », des corps des « fous » ou encore des « gays » chez Foucault –, sont aussi des corps capables de subvertir les jeux de pouvoir et les jeux de vérité qui les assujettissent.

 

« Rendez-vous gare de l’Est : réflexion sur la représentation du handicap sur scène » – Marie Astier

Marie Astier vient d’achever sa thèse de doctorat en Études théâtrales, Présence et représentation du handicap mental sur la scène contemporaine française, préparée à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès.
Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le handicap est exhibé de manière déshumanisante à la fois par le domaine médical (expériences scientifiques) et par le théâtre (freak show forains) : la représentation est alors fondée sur la spectacularisation des corps des sujets, qui marginalise le handicap en le présentant comme une anormalité.
Au XXe siècle, en même temps que la notion de « handicap » est conceptualisée, le théâtre réinterroge la place, le rôle et le statut du sujet handicapé sur scène : on passe alors de la mise en visibilité des corps (appréhendés jusqu’alors comme des « cas scientifiques ») à la mise en audibilité d’expériences singulières. Le regard sur ce qui était jusqu’à présent considéré comme un stigmate est alors déplacé.
Après une présentation synthétique de l’histoire de la représentation du handicap sur scène, Marie Astier proposera, à travers une communication participative, de lire et d’observer des extraits du spectacle Rendez-vous gare de l’Est, écrit et mis en scène par Guillaume Vincent à partir d’entretiens menés avec une jeune femme diagnostiquée bipolaire.

 

14h – 17h en salle D2 128
Contacts : antoine.alario@ens-lyon.fr ou chloe.dubost@ens-lyon.fr

Gratuit et ouvert à toute personne intéressée. Inscription nécessaire pour les personnes extérieures à l’ENS au lien suivant : https://www.eventbrite.fr/e/billets-theatre-et-philosophie-corps-en-scene-marginalisation-et-subversion-45130136453?utm_campaign=new_event_email&utm_medium=email&utm_source=eb_email&utm_term=viewmyevent_button