Lu : E. Dorlin, Se défendre. Une philosophie de la violence, 2017.

“Aujourd’hui, certaines vies comptent si peu que l’on peut tirer dans le dos d’un adolescent noir au prétexte qu’il était « menaçant ».” indique la quatrième de couverture. Ici Elsa Dorlin montre que certains corps sont davantage “dignes d’être défendus” que d’autres. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’ils sont des corps et des êtres sans défenses. Résistances esclaves, ju-jitsu des suffragistes anglaises, insurrection du ghetto de Varsovie, Black Panthers ou encore patrouilles queer : les corps des subalternes se font archive et mémoire des rapports de pouvoir qui traversent l’histoire. L’auteure propose ici d’“arpenter l’histoire constellaire de l’autodéfense” (p.16)  des subalternes contre des formes de domination multiples.

 

Elsa Dorlin, 2017, Se défendre. Une philosophie de la violence, La découverte, 200p.

Source image de couverture : La découverte


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.