Lu : T-N. Coatès, Une colère noire. Lettre à mon fils, 2015

https://www.autrement.com/media/cache/couverture_medium/flammarion_img/Couvertures/9782746743410.jpg

Le livre de Ta-Nehisi Coates s’inscrit dans le genre littéraire du life writing, qui a plusieurs glorieux précédents parmi les écrivains noirs américains. Dans son célèbre essai de 1963, The Fire Next Time, James Baldwin s’adressait déjà, en introduction, à son neveu pour lui parler du problème noir aux Etats-Unis. Coates revendique cette filiation, mais il y a chez lui plus d’amertume que chez son aîné. L’écriture de Coates est âpre. Les processus d’altérisation de la « race » noire aux Etats-Unis ont perduré au-delà des combats de Martin Luther King ou Malcolm X. La victoire d’Obama (encore président au moment où le livre a été écrit) ne fait pas oublier la ghettoïsation et la criminalisation des Africains-Américains. Cette violence est thématisée par l’auteur sous le concept de « destruction du corps noir », entretenue par la violence d’Etat (police, justice). Peut-être cette approche l’empêche-t-elle de toujours raisonner en termes de classes et d’apercevoir les différences qui peuvent exister entre, par exemple, une bourgeoisie noire conservatrice et les habitants paupérisés de Harlem ou de South Side (Chicago). Reste qu’avec ce livre, Coates s’est imposé très rapidement comme une voix qui compte aux Etats-Unis. En témoigne le succès et la portée médiatique de ce livre, traduit dès l’année suivante en France.

Ta-Nehisi Coatès, 2016 (1ere ed. 2015), Une colère noire. Lettres à mon fils, Autrement, 208p.

Source image de couverture : Autrement


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.