Lu : M. Houssay Holzschuch, Le cap, ville Sud Africaine. Ville blanche, vies noires (1999)

Ce livre tiré du travail de thèse de l’auteure et propose une analyse de l’organisation d’une ville qui a longtemps prôné la séparation des “races” : comment l’espace urbain a-t-il constitué un facteur de catégorisation sociale ? Comment se lisent, dans la ville d’aujourd’hui ces fractures sociales ?
Le Cap était une ville européenne, dont les administrateurs ont organisé l’exclusion des noirs en pleine période de l’Apartheid. Mais malgré ce “vol de territoire”, les recensements de 96 montre que le Cap est une ville métisse, blanche et noire ; c’est une ville qui cherche son identité après les processus de relégation systématiques d’une grande partie de sa population et qui aujourd’hui accueille le parlement sud-africain.

 

Myriam Houssay Holzschuch, 1999, Le cap, ville Sud Africaine. Ville blanche, vies noires, l’Harmattan, 278p.

Source image de couverture : l’Harmattan



Citer ce billet
Marine Duc (2017, 12 décembre). Lu : M. Houssay Holzschuch, Le cap, ville Sud Africaine. Ville blanche, vies noires (1999). Altérités. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/az98

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search