Lu : Djemila Zeneidi, Les SDF et la ville (2002)

Djemila Zeneidi propose ici un regard géographique sur la question des sans-domicile fixe et de leurs rapports aux espaces urbains. La ville est d’abord un agglomérat de logements. Dans ce contexte, comment ceux qui n’en ont pas l’habitent-ils ? Marginaux, ils sont pourtant bien des citadins, même si leurs pratiques spatiales dessinent une ville sur l’envers. Djemila Zeneidi propose ainsi de voir les espaces urbains comme des ressources pour les SDF : leur usage de l’espace peut être conforme aux normes sociales qui les régissent et ne révéler que des déambulations pédestres. Mais il arrive parfois qu’un banc devienne lit, qu’un pont devienne abri, et se couplent à un ensemble d’activités qui permettent de “vivre la rue” : pratiques de vente, mendicité, mais aussi moments de convivialités sont autant de pratiques qui floutent les frontières entre espaces publics et espaces domestiques.
La ville est alors dé-rangée et les réactions sont nombreuses, qu’il s’agisse d’actions publiques – visant à les aider à regagner la norme du logement fixe ou à les chasser d’espaces où ils sont considérés comme indésirables – ou individuelles – oscillant entre différents degrés de tolérance, du rejet à l’évitement, en passant par le développement de solidarités.

 

Djemila Zeneidi, 2002, Les SDF et la ville. Géographie du savoir-survivre, Bréal, 288p.

Source image de couverture : Google Books.



Citer ce billet
Marine Duc (2017, 12 décembre). Lu : Djemila Zeneidi, Les SDF et la ville (2002). Altérités. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/az8y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search